ActuNautique.com

La chape de plomb retombe sur l'affaire du Bugaled-Breizh

La chape de plomb retombe sur l'affaire du Bugaled-Breizh
Les juges d'instruction français ont conclu leur enquête pour homicide involontaires par un non lieu, ce 27 mai, laissant craindre aux familles des victimes que la vérité ne sera jamais dévoilée sur les raisons du naufrage du Bugaled Breizh.

 

Cette décision ne fera sans doute que renforcer la défiance quant à la justice en particulier, et aux élites en règle générale, mais elle se situe en droite ligne des réquisitions formulées en mars dernier, et de la décisions des juges de boucler leur enquête en jullet 2013.

Ces derniers ont en effet estimé ne disposer d'aucun élément leur permettant de comprendre la raison du naufrage du chalutier breton, au large des côtes britanniques, le 15 janvier 2004.

L'avocat des familles des 5 victimes, Me Dominique Tricaud, a indiqué, sur ActuNautique.com, qu'il ferait appel de cette décision, devant la chambre d'instruction de la cour d'appel de Rennes (35), précisant "qu'alors qu'il était acquis il y a encore six ans qu'un sous-marin était impliqué, mais sans que l'on sache duquel il s'agissait, affirmer aujourd'hui que l'accident pourrait être dû à une erreur de pêche est une insulte aux victimes !"

Les familles des 5 marins pêcheurs disparus n'ont jamais cru à la thèse de l'accident de pêche, alors qu'un exercice naval avait lieu à l'endroit même où le chalutier pêchait, privilégiant celle de la croche du chalut par un sous-marin.

Me Tricaud a également laissé entendre que si les parties civiles n'obtenaient pas gain de cause en France, la procédure serait relancé en Grande-Bretagne, cette possibilité étant impossible tant qu'une instruction a lieu en France.

Rappelons que ces derniers mois, le parquet de Nantes avait précisé que les traces de titane retrouvées sur les câbles du chalut n'étaient "pas significatives", ce matériaux n'entrant qu'en faible proportion dans la peinture de coque des sous-marins, et avait également écarté toute implication du SNA britannique Turbulent, malgré des indices graves et concordants selon les familles des victimes.

=> autres articles sur le Bugaled Breizh

Partager cet article

Commenter cet article