ActuNautique.com

Du plutonium découvert dans la Seine, à Rouen (76)

Des traces ont été relevées dans des sédiments prélevés au fond de la Seine, en amont et en aval de Rouen.

 

Ces prélèvements avaient lieu dans le cadre de recherches conduites par l'ASN, l'autorité de Sûreté Nucléaire. Selon le "gendarme du nucléaire", les personnes en contact avec ces "traces", agriculteurs, égouttiers ou pêcheurs, n'auraient été contaminées que faiblement et aucun risque sanitaire ne serait à déplorer.

L'enquête a débuté en 2010, quand l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) a informé l'ASN de concentrations anormales de plutonium relevées dans des carottes sédimentaires, prélevées dans la Seine, au niveau du bassin des docks de Rouen, dans le bras mort de la Seine à Bouafles (Eure) et au niveau du barrage de Poses.

L'origine de ces traces remonte à la période 1961-1975. Elles viendraient du site du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) de Fontenay aux Roses (94), et se seraient produites lors d'opérations de retraitement et de séparation d'éléments radioactifs ! Ces rejets auraient été opérés soit directement dans la Seine, soit via le tout à l'égout !! 

Depuis leur création, les installations du CEA de Fontenay-aux-Roses sont en effet autorisées à rejeter des effluents liquides dans les réseaux d’eaux usées, sous certaines conditions !!!

Les personnes potentiellement contaminées seraient les agriculteurs ayant épandues des boues traitées par la - fameuse - station d'épuration d'Achères (78) et les égouttiers. 

Le plutonium est un métal lourd, très dense, radioactif et toxique, produit dans le cœur des réacteurs nucléaires. Il est utilisé dans la fabrication d'armes nucléaires et la production d'énergie dans certaines centrales nucléaires.

Du plutonium découvert dans la Seine, à Rouen (76)

Partager cet article

Commenter cet article