ActuNautique.com

Pourquoi le Tour de France à la Voile passe au multicoque l'an prochain

Avec le Diam 24, le Tour de France à la Voile passe au trimaran - photos : JM Liot
Avec le Diam 24, le Tour de France à la Voile passe au trimaran - photos : JM LiotAvec le Diam 24, le Tour de France à la Voile passe au trimaran - photos : JM LiotAvec le Diam 24, le Tour de France à la Voile passe au trimaran - photos : JM Liot

Avec le Diam 24, le Tour de France à la Voile passe au trimaran - photos : JM Liot

Comme nous l'annoncions en avant première il y a une dizaine de jours, le tour de France à la Voile va délaisser les M34 d'Archambault, pour le Diam 24, un petit trimaran sportif signé VPLP et construit par Vianney Ancelin.

Après l’Ecume de Mer (1978), le First 30 (de 1979 à 1981), le Rush Royale (1982 et 1983), le Sélection 37 (de 1984 à 1991), le JOD 35 (de 1992 à 1998), le Farr 30 (de 1999 à 2010) et le M34 (de 2011 à 2014), c’est le Diam 24 qui sera dès l’été prochain le support du Tour de France à la Voile. 

Ce choix n'est une surprise pour personne, qui démontre s'il le fallait, qu'ASO semble avoir parfaitement bien cerné les raisons du déclin du Tour de France à la Voile, en optant pour un format de voilier résolument différent du M34.

Car à bien y regarder, c'est le choix même du M34 qui explique le déclin du Tour de France à la Voile depuis 2011. Coûteux et ne disposant d'aucun circuit de compétition propre, le M34 a d'autant plus pénalisé la Tour de France à la Voile que le budgets se sont fait rares et que les sponsors ne pouvaient bénéficier d'aucune visibilité en dehors de cet événement. 

=> lire aussi : un trimaran pour relancer le Tour de France à la voile ?

Avec le Diam 24, autant le dire, le Tour de France à la Voile change tout !

Signé par le cabinet d'architecture VPLP (autres articles sur VPLP), une référence dans le domaine de la course, le Diam 24 est un monotype, trimaran, de... 7.25m de long qui a déjà réussi l'exploit, depuis son lancement au dernier Nautic, de séduire de nombreux grands marins français, comme François Gabart, Vincent Riou, Bernard Stamm, Lionel Lemonchois, Bruno Jourdren... 

Qui plus est, ce sport boat bénéficie déjà d'un circuit lancé cette année avec des rendez-vous marquants, comme le Grand Prix Guyader, le Grand Prix de l’Ecole Navale, le Raid Emeraude de Saint Lunaire..

Pourquoi passer au Diam 24 ?

Ce choix est l'aboutissement d'une longue étude menée par ASO auprès des skippers, sponsors et institutions partenaires du Tour de France à la Voile.

Une étude de laquelle il est ressorti qu'il fallait opter pour un bateau qui permette de réduire nettement les budgets des équipes, un bateau déjà commercialisé et bénéficiant d'un circuit, à savoir un bateau qui "existe" en dehors du Tour de France à la Voile.

En optant pour le Diam 24, le budget est trois fois moindre par rapport au M34, le petit catamaran coûtant aux environs de 55 000 euros TTC prêt à naviguer !

Idéal d'un point de vu budgétaire, le Diam 24 devrait donc permettre d'attirer de nouvelles équipes : de grands noms de la voile, qui auront ainsi l’opportunité de naviguer sur un projet complémentaire à leurs objectifs principaux, mais aussi des amateurs venant de tous horizons !

Le format du voiler et son architecture permettront en parallèle d'assurer le spectacle, d'ou une plus grande proximité avec les spectateurs.

=> suivre le Tour de France à la Voile sur ActuNautique.com

Les parcours techniques dans des stades nautiques alterneront désormais avec de grands runs de plusieurs dizaines de milles. La volonté de l'organisateur reste de construire un parcours autour de points iconiques du littoral français comme l’ont été cette année Le Château du Taureau à Roscoff ou l’île de Porquerolles pour l’étape de Hyères.

Mené par 3 ou 4 équipiers, le Diam 24 pourra être sorti de l’eau et démonté en une heure seulement. Une logistique adaptée à l’itinérance du Tour.

 

C'est au Nautic, comme à l'accoutumé, que le parcours du Tour de France à la Voile 2015 sera dévoilé. Le rendez-vous parisien  sera aussi l’occasion de révéler une partie des engagés, car l’enjeu est bel et bien de pouvoir proposer un plateau densifié, rassemblant différentes « familles » de la Voile avec une flotte composée de coureurs issus d’horizons très divers, de noms médiatiques à des experts de l’olympisme, d’équipiers professionnels à des amateurs éclairés. 

Partager cet article

Commenter cet article