ActuNautique.com

Liquidation judiciaire de Smartboat, le constructeur vannetais de bateaux de plaisance

Liquidation du constructeur français de bateaux de plaisance Smartboat

Liquidation du constructeur français de bateaux de plaisance Smartboat

Mauvaise nouvelle pour la filière nautique hexagonale, en provenance de Vannes.

C'est fini pour Smartboat : le constructeur français de bateaux de plaisance spécialisé dans les vedettes open, vient en effet d'être liquidé, suite à une décision du tribunal de commerce de Vannes, en date du 23 juillet.

Créée il y a 5 ans, Smartboat s'était immédiatement singularisé sur le marché très stéréotypé des vedettes open, par un design novateur signé par le cabinet d'architecture navale VPLP, très simplifié, et une économie d'utilisation étonnante du fait de carènes perce-vagues très proches de celles des voiliers.

=> lire d'autres articles sur Smarboat


Un concept qui avait réussi a séduire près de 130 plaisanciers de toute l'Europe, emballés par un concept unique de bateaux différents des autres. Smartboat proposait 2 modèles à sa gamme, les Smartboat 23 et 30, le dernier ayant fait sensation lors du dernier Nautic de Paris.

La liquidation de la société reflète les difficultés qu'elle rencontrait depuis des mois, manquant cruellement de fonds propres et confrontée à une chute de ses ventes de 50% entre 2011 et 2012, dans un contexte ou elle sous-traitait sa production en Pologne.

Ayant pendant des mois cherché à adosser sa structure à un chantier plus important, son fondateur Edy Kardous souhaitait à terme pouvoir rapatrier sa production en France. 

Las, les espoirs de l'industriel auront été vains, victimes de la mauvaise santé du marché nautique français, conséquence de la crise mais aussi de l'incertitude fiscale nationale qui depuis deux ans a littéralement congelé les décisions d'achat de bateaux, en particulier de petite taille, et qui fait que l'export est aujourd'hui le seul espoir de pérénité qui s'offre aux constructeurs français de bateaux de plaisance.

A ce titre, le rachat par le groupe Bénéteau du chantier américain Rec Boat, spécialisé dans les petits bateaux à moteur, démontre s'il le fallait, la nécessaire ouverture internationale des chantiers français, qui actuellement, ne peuvent plus compter sur un hinterland national porteur pour se développer.

Partager cet article

Commenter cet article