ActuNautique.com

Tour du Finistère à la Voile - seconde étape entre l’Aber Wrac’h à Camaret

Tour du Finistère à la Voile - entre l'Aber Wrac'h et Camaret - photos : P. Alemany
Tour du Finistère à la Voile - entre l'Aber Wrac'h et Camaret - photos : P. AlemanyTour du Finistère à la Voile - entre l'Aber Wrac'h et Camaret - photos : P. Alemany

Tour du Finistère à la Voile - entre l'Aber Wrac'h et Camaret - photos : P. Alemany

Après une série de cinq départs donnés avec une régularité exemplaire, les six catégories de coureurs se sont élancées sur leurs parcours respectifs.

Le groupe Xavier Bourhis, l’assureur plaisance , constitué des plus petits bateaux, a effectué un parcours légèrement réduit (33 milles nautiques), tandis que les cinq autres séries ont parcouru 38 milles nautiques. Une deuxième journée moins ensoleillée mais plus ventée, avec une arrivée sous les magnifiques falaises de Camaret-sur-Mer.

Comme hier à Roscoff, les concurrents ont pris le départ sous spi, dit « à l’anglaise ».

La ligne de départ était mouillée en fonction du parcours et non par rapport au vent, car envoyer 100 bateaux en moins d’une heure n’est pas chose aisée ! Mais le comité de course a lancé les départs avec la régularité d’un métronome. Entre chaque procédure de départ d’une durée de six minutes, quatre minutes de préparation : « c’est ce qu’on appelle un départ rythmé » sourit Jean Coadou, président du Comité de course.

Après avoir tiré des bords dans les cailloux pour se protéger du courant au niveau de Portsall, les concurrents ont pu descendre le chenal du Four emmenés par le courant, toujours au près. Ce n’est qu’après le passage de la pointe de Saint Mathieu que la première série a pu rejoindre rapidement le port de Camaret par vent de travers, tandis que les bateaux plus puissants des séries Super U, Conseil général du Finistère, Crédit Agricole du Finistère , CCI du Finistère et région Bretagne ont rallié la ligne d’arrivée au reaching (sous spi) depuis la bouée de La Vandrée.

Nouveauté 2014, le classement Jeunes correspond à la volonté de Nautisme en Finistère d’encourager les jeunes voileux qui souhaitent faire leurs premières armes dans la course au large. Quatorze équipages concourent pour ce classement. « J’ai toujours aimé transmettre aux plus jeunes ma passion pour la régate et c’est d’ailleurs comme ça que mon fils a commencé avant d’en faire son métier » déclare Pierre Meilhat, skipper de Super U Brest Keredern et père de Paul, figariste émérite et parrain de cette édition du Tour. A bord, Pierrick, Emma et Laura sont enchantés de cette expérience « la régate ajoute quelque-chose de très stimulant à la navigation ».

Apprendre signifie parfois aussi de tester ses capacités à réagir de façon sereine face à un problème en mer. « Nous avons cassé la cadène hier en fin de parcours, raconte Michel (Coryphene), et curieusement ce fut une bonne expérience partagée que de gérer calmement notre retour à terre ». Thomas et Paul, eux, ont apprécié d’avoir un connaisseur des côtes pour les guider entre les cailloux « nous avons réussi à remonter quatre bateaux grâce à lui ce matin ! » . Un bon partage d’expériences, et bonne nouvelle, les jeunes sont partants pour l’année prochaine.

Avant le départ de la troisième étape vers Douarnenez, les équipages pourront profiter d’une nouvelle soirée festive ouverte à tous sur le port de Camaret-sur-Mer. Les Batucaduarn viendront les faire danser la samba !

=> ActuNautique.com, le magazine du Tourduf 2014

Partager cet article

Commenter cet article