ActuNautique.com

Ca chauffe sur la canebière, entre les sociétés nautiques et l'adjoint au nautisme de Marseille (13)

Régate à Marseille - photo : G Mincone

Régate à Marseille - photo : G Mincone

Dans une interview donnée à notre confrère la Provence, Didier Réault, adjoint au nautisme de Marseille, a justifié avoir confié l'organisation de la régate Marseille One Design à une société privée... du fait du manque de compétences des sociétés nautiques locales !

Autant le dire, le sang des présidents des trois principales sociétés nautiques de Marseille, la société Nautique, le YCPR et le CNTL n'a fait qu'un tour en découvrant le contenu de cette interview, qui les a conduit à immédiatement demander un droit de réponse à l'édile.

La régate Marseille One Design, lancée cette année regroupe 3 classes de voiliers, dont les nouveaux catamarans du Tour de France à la Voile 2015 et les GC32, des catamarans à foils, très spectaculaires.

Une régate qui n'a su attirer qu'une vingtaine de participants, mais pour laquelle la société organisatrice, la société Sirius Evènements, a reçu près de 200 000 euros de subventions !

Dans son interview, Didier Réault expliquait avoir retenu l'organisateur pour son carnet d'adresse, ses investissements et ses compétences, Sirius Evènements ayant organisé l'an dernier le championnat du monde de J80 dans la Cité Phocéenne.

Cette explication de l'édile passe d'autant plus mal que selon nos recherches, un événement comme la SNIM, organisé par la Nautique et qui rassemble près de 100 bateaux de 10 nationalités ne coûte finalement que 25 000 euros de subventions à la ville de Marseille, comme le précisnt les comptes rendus du Conseil Municipal !

Dans ce contexte, les 3 présidents des sociétés nautiques marseillaises ont diffusé le droit de réponse ci-dessous : 

REPONSE DES PRESIDENTS

"Nous pensons que les déclarations de Didier Réault (Adjoint au Maire délégué au nautisme) ne sont pas fondées au sujet de nos compétences car les clubs nautiques marseillais DSP organisent annuellement et de manière pérenne des événements internationaux dotés d'une véritable valeur sportive, souvent avec l'attribution de titres mondiaux. A titre d'exemple.

Pour le YCPR : le Match Race France (étape du championnat du monde de match racing de 2009 à 2012), les championnats du monde de deux séries olympiques 49er et 49erFX en 2013 (150 bateaux) et l'Europa Cup Laser en 2014 (348 bateaux)

Pour la Société Nautique : la SNIM depuis 1966 (110 bateaux, 1100 équipiers, 10 nationalités)

Pour le CNTL : la Juri's Cup depuis 1991 et la Massilia Cup depuis 1983 Nous sommes tout à fait conscients que les événements tels qu'un Act de l'America's Cup, les TP 52 ou les Extreme Sailing Series demandent une certaine expérience, d'autant plus que les organisateurs détiennent les droits. Dans le cas précis du Marseille One Design et de la manière dont cela se déroule cette semaine (4 GC 32, 8 moths à foil et 2 Diam 24), les clubs marseillais avec leurs réseaux, leurs bénévoles motivés, leurs moyens nautiques etc. sont capables de faire le même événement...sinon mieux...et à moindre coût que les 200 000 euros qui seraient attribués par la Ville de Marseille à Sirius Evenements, société non basée dans la région marseillaise.

Pourquoi faire appel à un "grand professionnel" pour faire des bénéfices sur le dos des contribuables quand des structures associatives locales peuvent faire le même événement, sinon mieux et moins cher ? A titre d'exemples factuels, ce qui a été mis en place lors des grands événements YCPR au stade nautique du Roucas Blanc...à la différence de ce qu'il se fait cette semaine :

- nous ne rémunérons pas nos bénévoles
- nous organisons des animations gratuites pour les enfants
- nous ouvrons l'espace du stade nautique du Roucas Blanc au grand public (d'autant plus lorsque la majorité du budget provient de financements publics)
- nous travaillons avec des prestataires locaux
- nous affichons nos grands événements dans la Ville grâce aux banderoles et affiches mises en place par nos bénévoles
- nous obtenons des Affaires Maritimes l'autorisation de navigation exceptionnelle dans la bande des 300 mètres pour tenter de rapprocher le spectacle des côtes, ce que n'a pas obtenu le 'grand professionnel' opérant cette semaine.

Etant amoureux de notre Ville, nous sommes persuadés que lorsque nous avons la chance d'avoir un tissu associatif solide et compétent, on devrait, avant toute validation de projet, s'appuyer sur ces structures avant de faire appel à des privés qui sont, en toute logique, présents pour faire du profit.

D'autant plus que nous avons de bonnes relations avec notre élu au nautisme mais peut-être nous sommes-nous mal faits comprendre au regard de notre capacité à organiser de tels événements ?

Bernard Flory (CNTL), Raymond Lamberti (SNM), Christian Tommasini (YCPR), Présidents des clubs nautiques marseillais DSP missionnés entre autres pour l'animation du plan d'eau

Partager cet article

Commenter cet article