ActuNautique.com

Le BPC Mistral Vladivostok a entrepris ses essais en mer ce samedi matin

Le BPC Mistral Vladivostok a entrepris ses essais en mer ce samedi matin

Paris fait montre d'une grande fermeté dans la crise ukrainienne : le Vladivostok avec 200 marins russes à bord a entrepris ce matin même, ses essais en mer.

Prévus mercredi, les essais en mer du Vladivostok, le premier des deux BPC de type Mistral vendus à la Russie mais dont le président de la République française avait décidé de geler la livraison, suite à l'attitude de Moscou dans la crise ukrainienne, ont finalement débuté ce samedi matin, au large de Saint-Naziare.

Il y a 10 jours, la décision de François Hollande avait surpris tout le monde par sa fermeté, qui annonçait suspendre la livraison des deux navires à la mise en place d'un cessé-le-feu durable dans l'Est de l'Ukraine, le Vladivostok devant initialement être livré en novembre.

Une fermeté qui 10 jours plus tard s'émousse déjà, et ne lasse pas d'interroger les capitales européennes, ses essais en mer signifiant clairement que la livraison des deux navires devrait être honorée.

Une décision qui depuis ce matin choque beaucoup en Estonie, après l'enlèvement d'un garde frontière estonien par des commandos russes, à la frontière avec la Russie, le jour même de la tenue du dernier sommet de l'Otan, au motif... d'espionnage !

Un essai en mer qui pourrait bien faire capoter le marché d'armement du siècle (7 milliards d'euros), que la France tente d'obtenir auprès de la Pologne, face notamment à l'Allemagne... en particulier pour des sous-marins, au moment même ou Berlin vient d'annoncer l'interdiction de la vente d'armes allemandes... à la Russie, et la mise en place d'un fond de soutien destiné à aider les entreprises allemandes concernées à se repositionner sur de nouveaux marchés.


=> lire aussi
toute l'actualité Défense et Marine


 

=> lire aussi
Articles sur le BPC Mistral


 

Partager cet article

Commenter cet article