ActuNautique.com

Pêche de loisir - les espèces interdites aux professionnels désormais interdites aux plaisanciers

Pêche de loisir - les espèces interdites aux professionnels désormais interdites aux plaisanciers

Aujourd'hui rentre en vigueur un décret qui corrige une faille juridique qui faisait jusqu'à le bonheur de certains plaisanciers.

Ce décret d'une grande brièveté précise simplement que la pêche de loisir des espèces pour lesquelles la pêche professionnelle est soumise à TAC O est désormais interdite.

En bref, une espèce qui ne peut être pêchée par des marins pêcheurs ne pourra plus l'être par des plaisanciers.

Ce décret concerne en particulier la pêche de la raie brunette, qui si elle n'est pas interdite de facto, est cependant soumise à TAC (total de captures autorisé) zéro.

Une situation qui voyait les pêcheurs professionnels forts marris de ne pouvoir la pêcher, tout en constatant les captures effectués par les plaisanciers !

Partager cet article

Commenter cet article

Henri 08/10/2014 18:53

Les plaisanciers font des prélèvement très modestes, ils ne dépeuplent pas la mer.

chasseapnee 11/09/2014 18:12

Je me permets de relayer l'information car effectivement, comme dit @dédé, cela passe assez inaperçu.
Quand à l'argument de @serge, c'est juste le sentiment général de toute la pêche loisir qui constate systématiquement ce genre de distorsion. L'écologie a un prix c'est vrai, mais normalement pas celui-ci. Et c'est un sujet qui fait régulièrement l'objet de discussion entre fédérations, mais on ne doit pas avoir le meme poids économique (on arrive pas à boucher les ports.)

serge 10/09/2014 16:49

Très cohérent effectivement ,tout dépend dans quel sens ! S'aligner sur les pros ... ok je trouve ça normal , mais quand je me fais mettre un PV parceque je pêche une morue(tte) de moins de 42 cm et que j'en trouve légalement a la vente de 36 cm ... C'est moins cohérent non . Enfin tout dépends si on est plaisancier ou pro !!

dédé 10/09/2014 15:21

D'accord avec le principe de ce texte. Le problème est de savoir comment les récréatifs seront au courant. A part moi et quelques autres obsédés de la législation pêche qui consultent le JO européen tous les jours