ActuNautique.com

Grave incendie à bord d'une frégate de la Marine Nationale

La frégate de surveillance Nivôse - photo : Marine Nationale

La frégate de surveillance Nivôse - photo : Marine Nationale

Aucun blessé n'est à déplorer mais le navire est immobilisé pour une période encore indéterminée.

Dans la nuit de 29 au 30 septembre, la frégate de surveillance Nivôse (F732), qui croisait au large de la Réunion a été victime d'un important sinistre qui s'est déclaré au niveau de sa salle machines, sous le poste de conduite de propulsion.

D'une grande violence, l'incendie s'est propagé aux compartiments annexes, avant que d'être circonscrit puis éteint par l'équipage, une intervention qui s'est révélée particulièrement pénible, du fait de la chaleur et de la fumée qui envahissait les coursives du bâtiment.

En avarie de propulsion, le Nivôse, initialement assisté de la frégate de surveillance Floréal en patrouille sur zone, a été pris en remorque par le VB Bougainville et conduit à quai, à la base navale de Port des Galets où il est arrivé le 3 octobre à 6h30.

Cet incident rarissime va immobiliser le navire sans doute pour plusieurs semaines.

Une situation qui va fortement réduire les capacités de la Marine Nationale dans l'Océan Indien, des capacités déjà notoirement sous-dimensionnées au regard de la zone à surveiller, le Nivôse étant affecté à la surveillance des trafic et autres flux migratoires dans la région.


=> lire aussi
autres articles
Marine Nationale

 

=> lire aussi
actualité
Mer & Défense

 

 

 

En savoir plus sur la frégate Nivôse F732

La frégate Nivôse est la 3ème unité de la série des six frégates de surveillance de la Marine nationale. Elle a été construite par les chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire en 1991, puis armée à Lorient par le chantier DCNS, pour une entrée au service actif le 16 octobre 1992.

Les missions des frégates de surveillance consistent dans le contrôle des espaces maritimes éloignés de la métropole, sur lesquels la France étend sa souveraineté et l'action en zone de crise limitée : police de la navigation et des pêches, surveillance, renseignement et intervention contre des perturbateurs, évacuation de ressortissants...

La ville marraine du Nivôse est Nouméa, depuis le 9 octobre 1993.

La frégate Nivôse en détail

12 officiers
49 officiers mariniers
22 quartiers-maîtres et matelots
17 hommes du détachement hélicoptère

Déplacement : 2.600 tonnes et 2.900 tonnes à pleine charge
Longueur : 93,50 mètres
Largeur : 14 mètres
Tirant d'eau : 4,40 mètres
Tirant d'air : 33,40 mètres
Vitesse maximale : 20 nœuds
Distance franchissable : 10.000 milles à 15 nœuds
Autonomie : 50 jours
8.800 ch (6 470 kW )
2 hélices à pales orientables
1 propulseur d'étrave de 200 kW
Puissance électrique : 3 diesels alternateurs de 590 kW soit 1.770 kW
1 radar de veille-air DRBV 21 A 
1 radar de navigation DRBN-34 (Racal Decca)
Pas de sonar
Système de télécommunications par satellite Inmarsat 
2 missiles MM 38 Exocet 
1 x 100 mm AA Mle 68 
2 x 20 mm AA F 2 
2 affûts lance-missiles Simbad ou 2 lance-leurres Dagaie 
1 hélicoptère Panther 
Plate-forme (23 x 14 mètres)
Hangar (11,50 x 13 mètres) pour hélicoptère
Système de manutention SAMAHE 
1 drôme ETN 90 
Logements pour 25 commandos
1 pneumatique Zodiac Hurricane de 10 places
1 pneumatique Zodiac de 10 places

 

En savoir plus sur la frégate Nivôse F732

La frégate Nivôse est la 3ème unité de la série des six frégates de surveillance de la Marine nationale. Elle a été construite par les chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire en 1991, puis armée à Lorient par le chantier DCNS, pour une entrée au service actif le 16 octobre 1992.

Les missions des frégates de surveillance consistent dans le contrôle des espaces maritimes éloignés de la métropole, sur lesquels la France étend sa souveraineté et l'action en zone de crise limitée : police de la navigation et des pêches, surveillance, renseignement et intervention contre des perturbateurs, évacuation de ressortissants...

La ville marraine du Nivôse est Nouméa, depuis le 9 octobre 1993.

La frégate Nivôse en détail

12 officiers
49 officiers mariniers
22 quartiers-maîtres et matelots
17 hommes du détachement hélicoptère

Déplacement : 2.600 tonnes et 2.900 tonnes à pleine charge
Longueur : 93,50 mètres
Largeur : 14 mètres
Tirant d'eau : 4,40 mètres
Tirant d'air : 33,40 mètres
Vitesse maximale : 20 nœuds
Distance franchissable : 10.000 milles à 15 nœuds
Autonomie : 50 jours
8.800 ch (6 470 kW )
2 hélices à pales orientables
1 propulseur d'étrave de 200 kW
Puissance électrique : 3 diesels alternateurs de 590 kW soit 1.770 kW
1 radar de veille-air DRBV 21 A 
1 radar de navigation DRBN-34 (Racal Decca)
Pas de sonar
Système de télécommunications par satellite Inmarsat 
2 missiles MM 38 Exocet 
1 x 100 mm AA Mle 68 
2 x 20 mm AA F 2 
2 affûts lance-missiles Simbad ou 2 lance-leurres Dagaie 
1 hélicoptère Panther 
Plate-forme (23 x 14 mètres)
Hangar (11,50 x 13 mètres) pour hélicoptère
Système de manutention SAMAHE 
1 drôme ETN 90 
Logements pour 25 commandos
1 pneumatique Zodiac Hurricane de 10 places
1 pneumatique Zodiac de 10 places

 

En savoir plus sur la frégate Nivôse F732

La frégate Nivôse est la 3ème unité de la série des six frégates de surveillance de la Marine nationale. Elle a été construite par les chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire en 1991, puis armée à Lorient par le chantier DCNS, pour une entrée au service actif le 16 octobre 1992.

Les missions des frégates de surveillance consistent dans le contrôle des espaces maritimes éloignés de la métropole, sur lesquels la France étend sa souveraineté et l'action en zone de crise limitée : police de la navigation et des pêches, surveillance, renseignement et intervention contre des perturbateurs, évacuation de ressortissants...

La ville marraine du Nivôse est Nouméa, depuis le 9 octobre 1993.

La frégate Nivôse en détail

12 officiers
49 officiers mariniers
22 quartiers-maîtres et matelots
17 hommes du détachement hélicoptère

Déplacement : 2.600 tonnes et 2.900 tonnes à pleine charge
Longueur : 93,50 mètres
Largeur : 14 mètres
Tirant d'eau : 4,40 mètres
Tirant d'air : 33,40 mètres
Vitesse maximale : 20 nœuds
Distance franchissable : 10.000 milles à 15 nœuds
Autonomie : 50 jours
8.800 ch (6 470 kW )
2 hélices à pales orientables
1 propulseur d'étrave de 200 kW
Puissance électrique : 3 diesels alternateurs de 590 kW soit 1.770 kW
1 radar de veille-air DRBV 21 A 
1 radar de navigation DRBN-34 (Racal Decca)
Pas de sonar
Système de télécommunications par satellite Inmarsat 
2 missiles MM 38 Exocet 
1 x 100 mm AA Mle 68 
2 x 20 mm AA F 2 
2 affûts lance-missiles Simbad ou 2 lance-leurres Dagaie 
1 hélicoptère Panther 
Plate-forme (23 x 14 mètres)
Hangar (11,50 x 13 mètres) pour hélicoptère
Système de manutention SAMAHE 
1 drôme ETN 90 
Logements pour 25 commandos
1 pneumatique Zodiac Hurricane de 10 places
1 pneumatique Zodiac de 10 places

Grave incendie à bord d'une frégate de la Marine Nationale

Partager cet article

Commenter cet article