ActuNautique.com

Restrictions budgétaires - la Marine Nationale obligée de désarmer 5 de ses navires

Le pétrolier ravitailleur Meuse, désarmé dans le cadre de la Loi de Programmation Militaire

Le pétrolier ravitailleur Meuse, désarmé dans le cadre de la Loi de Programmation Militaire

Que restera t-il à terme de la capacité opérationnelle de la Marine Nationale française, quand Jean-Yves le Drian aura accompli sa mission ?

Derrière ses dehors joviaux, Jean-Yves Le Drian, ministre des armées, se présente finalement comme un véritable Père Fouettard, en tout cas le seul ministre du gouvernement actuel qui restructure réllement, et à la hache, son ministère, quitte... à réduire considérablement, la capacité opérationnelle de nos forces armées !

Les services de son ministère viennent de communiquer aujourd'hui la dernière liste des régiments et unités supprimés, dans le cadre de la loi de programmation du gouvernement, qui vise à supprimer 7500 postes cette année dans les armées. 

Dans le domaine de la marine, cinq bateaux de guerre vont ainsi être désarmés, la base navale de l'Adour, à Anglet, fermée, et le commandement maritime de Strasbourg dissout.

Les 5 bâtiments concernés sont le pétrolier ravitailleur Meuse et le transport de chalands de débarquement Siroco, basés à Toulon, le patrouilleur austral Albatros, basé à La Réunion et les patrouilleurs de surveillance Athos et Aramis, basés à Anglet. Des navires à bout de soufle, certes, ais qui ne seront surtout pas remplacés...

L'armée de terre paie également un lourd tribut à cette politique ainsi que l'aviation, tout comme l'hôpital du Val de Grâce qui sera fermé, cette dernière décision paraissant quant à elle parfaitement justifiée.

Partager cet article

Repost0