ActuNautique.com

Route du Rhum - Marc Guillemot 3e en classe Imoca

Photos : A Courcoux
Photos : A CourcouxPhotos : A Courcoux

Photos : A Courcoux

A 15 heures 59 minutes et 20 secondes ce samedi 15 novembre, le monocoque Safran a franchi la ligne d’arrivée de la 10e édition de La Route du Rhum.

Marc Guillemot s’adjuge ainsi une belle troisième place derrière François Gabart (Macif) et Jérémie Beyou (Maître CoQ). Le marin de la Trinité-sur-Mer boucle ainsi sa cinquième Route du Rhum en 13 jours 1 heure 59 minutes et 20 secondes à la vitesse moyenne de 12,92 nœuds sur une distance parcourue de 4 056 milles entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre.

Dans un alizé, enfin établi de 15 nœuds, le monocoque Safran a coupé la ligne d’arrivée sous un tonnerre d’applaudissements peu avant 16h00, soit 21 heures 20 minutes et 25 secondes après François Gabart, grand vainqueur dans la classe des Imoca. Heureux et soulagé d’en finir, Marc Guillemot s’est affiché tout sourire à l’étrave de son monocoque qu’il menait en course pour la dernière fois.

Après la traditionnelle « pluie » de champagne que Marc a dédiée à son bateau, le skipper s’est confié, sur ActuNautique.com : "Cinq Route du Rhum, cinq arrivées ! savoure celui que l’on surnomme Marco. J’ai le sentiment d’avoir fait une belle course même si la plus belle, c’est François Gabart qui l’a faite. Aujourd’hui, il y a forcément de l’émotion car je me suis beaucoup investi dans ce super bateau bien pensé et bien conçu par les équipes de Safran et les architectes VPLP-Verdier. Quand je voyais la ligne se rapprocher, j’étais heureux que cela s’arrête et en même temps, je savais que c’était la fin d’une histoire."

Bien préparé, Marc a figuré dans le trio de tête depuis la sortie de Manche, mais les conditions météo corsées des premiers jours ont occasionné une succession de problèmes sur le monocoque Safran. La détermination de Marc aura été plus forte que ses ennuis techniques et même si il n’a pas réussi à revenir sur le duel Macif-Maître CoQ, le skipper a su conserver sa place sur le podium.

Marc revient sur cette course qui est devenue au fil des jours un véritable tour de force : « cette transat s’est transformée en un vrai combat, il a fallu mener ce bateau dans l’adversité jusqu’au bout. Je n’ai jamais eu autant de problèmes qui en ont entrainé d’autres. Quand, à 950 milles de l’arrivée, je n’avais plus de moteur, il a fallu se battre encore. Je me suis transformé en mécanicien. Quatre fois par jour, je récupérais l’huile qui fuyait avec une canette de soda pour la remettre dans le moteur », explique Marc qui a beaucoup barré ces derniers jours, le pilote automatique consommant beaucoup d’énergie. « C’était épuisant ! Au portant, la conduite de ces bateaux est sportive et mon spi de tête était hissé sur la drisse de solent ce qui rendait Safran encore plus instable ». Pourtant, en bouclant sa course en un peu plus de 13 jours, Marc améliore de près de 36 heures son meilleur temps (14j 12h 28mn 2s) au classement Imoca établi en 2010 à la barre du même bateau.

Cette troisième place sur la Route du Rhum-Destination Guadeloupe marque un tournant pour Marc Guillemot puisque qu’il s’agit de sa dernière épreuve sur le monocoque Safran. Après 9 ans de partenariat, le marin cède la barre au jeune Morgan Lagravière qui défendra les couleurs du Groupe sur le nouvel Imoca dont la mise à l’eau est prévue début 2015. « Safran et ses 68 000 salariés sont très fiers de la performance réalisée par Marc Guillemot sur cette dernière course. Notre skipper avec qui nous faisons route depuis déjà 9 ans a encore une fois formidablement défendu les couleurs de notre Groupe en se hissant sur le podium et en améliorant de plus d’une journée sa performance de 2010 », indique Jean-Paul Herteman, Président-directeur général de Safran.

Les temps de Marc Guillemot sur La Route du Rhum :

  • 1998 : ORMA 60 : 12 j 19 h 49 min 41 s
  • 2002 : ORMA 60 : 13 j 19 h 36 min 18 s
  • 2006 : IMOCA : 16 j 17 h 57 min 26 s
  • 2010 : IMOCA : 14 j 12 h 28 min 2 s
  • 2014 : IMOCA : 13 j 1 h 59 min 20 s

Partager cet article

Commenter cet article