ActuNautique.com

Thons rouges - les ONG inquiètes du relèvement des quotas de pêche

Thons rouge en Méditerranée - Brian J. Skerry / National Geographic Stock / WWF

Thons rouge en Méditerranée - Brian J. Skerry / National Geographic Stock / WWF

Les quotas de pêche de thons rouges ont été relevés, suite à la reconstitution des stocks observée en Méditerranée et en Atlantique Est.

C'est parce qu'il se porte mieux que le thon rouge sera plus pêché, et s'il se porte mieux, c'est du fait des très fortes restrictions de pêche dont il faisait l'objet depuis 2007 !

La 19e réunion extraordinaire de la Commisson Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (Iccat), qui réunit 47 pays plus l'Union Européenne, vient en effet de décider d'augmenter les prises annuelles de thons rouges, actuellement de 13500 tonnes, de 20% en 2015 et en 2016, puis de 20% supplémentaires en 2017, sous réserve de nouvelles estimations scientifiques.

Selon les dernières données scientifiques collectées, le stock de thons rouges reproducteurs serait passé de 150 000 tonnes en 2008 à 585 000 tonnes actuellement.

Maintenir l'espèce et garantir sa pérénité nécessiterait toutefois de na pas en prélever plus de 23 256 tonnes par an.

Si le niveau de 23 256 tonnes a immédiatement séduit l'Iccat, le partage de cette manne a fait l'objet d'intenses débats et tractations, notamment de la part des pays méditerranéens, ou l'Algérie et la Lybie vont bénéficier de rélèvements de leurs parts.

En Atlantique Est, où la conservation de l'espèce est très dégradée, le niveau de capture passera de 1700 à 2000 tonnes, ce, malgré un avis très réservé des experts.

Fait notable de cette réunion, l'Iccat n'a pas abordé la question de la pêche illégale, pourtant généralement traitée à cette occasion, ce qui n'a pas manqué d'inquiéter les ONG telles WWF.

Le Dr Sergi Tudela, responsable du Programme Pêche du WWF Méditerranée, a ainsidéclaré sur ActuNautique.com : "La réunion a été compliquée. Cela semble paradoxal, mais le cas du thon rouge nous confirme qu’il est parfois plus difficile de gérer un succès qu’une crise. Pour le WWF, considérer 20% d’augmentation annuelle sur les 3 années à venir comme une approche modérée est loin d’être décent. Nous sommes préoccupés à l’idée que les immenses efforts de conservation qui ont été menés ces dernières années puissent disparaître rapidement."

Le Dr. Gemma Quílez-Badia, Chargée de Programme Pêche au WWF Méditerranée a quant à elle précisé : "Il est maintenant temps que tous les acteurs de la chaîne du thon rouge - pêcheurs, distributeurs et consommateurs - prennent pleinement leurs responsabilités pour garantir la complète récupération de la population sur le long terme. Le WWF encourage les pêcheries de thon rouge à démontrer qu’elles répondent pleinement aux critères de durabilité et de traçabilité".


=> lire aussi
une réserve naturelle
pour les falaises de Crozon (29)

 
=> lire aussi
toute l'actualité
Mer & Environnement

Partager cet article

Commenter cet article