ActuNautique.com

SNCM - pour Baja Ferries, les amendes européennes sont négociables

SNCM - pour Baja Ferries, les amendes européennes sont négociables

C'est ce que l'on peut retenir de la dernière intervention de Daniel Berrebi au micro de nos confrères de France Info.

Désormais placée en redressement judiciaire, la SNCM dispose sur le papier de 6 mois pour se restructurer et trouver un repreneur, deux mois pour les plus pessimistes du fait de la trésorerie restant.

4 à 6 repreneurs ont déjà manifesté lur intérêt pour la compagnie marseillaise, notamment Stef, maison mère de la Méridionale, partenaire historique de la SNCM, mais aussi Baja Ferries, petite compagnie mexicaire dirigée par l'homme d'affaires Daniel Berebi, par ailleurs patron d'Unishipping, qui semble parti avec une petite longueur d'avance.

Le plan proposé par ce dernier consiste à fermer les lignes les moins rentables, notamment au départ de Toulon, à reprendre 800 salariés et à développer le trafic vers l'Afrique du Nord.

A la question de nos confrères étonnés de tant d'optimisme eu égard aux 220 millions d'euros immédiatement exigibles que la SNCM doit rembourser à l'Etat, suite à l'une des deux décisions de la justice européenne, la seconde faisant l'objet d'un recours, l'homme d'affaires a indiqué que son offre ne tenait, qu'en l'absence de cette amende.

En bref, qu'il était prêt à reprendre une partie de la SNCM si et seulement si la justice européene retirait son jugement !

Beau pays que celui ou l'on peut négocier une décision de justice déjà rendue !!

Cette déclaration jette un doute sur les dossiers de reprise en cours, dans le cadre actuel du redressement judiciaire, car il apparaît en terme de droit, que seule une liquidation de la compagnie pourrait permettre d'éteindre cette amende et la seconde à suivre, en créant une discontinuité juridique de la société, condition sine qua non, mais que tout le monde semble ignorer actuellement dans ce dossier.

Est-ce parce que le mot liquidation fait peur ?

Ou parce qu'une liquidation judiciaire annulerait de facto la DSP vers la Corse, permettant à la collectivité territoriale de lancer sa propre compagnie ?


=> lire aussi
autres articles
sur la SNCM

 
=> lire aussi
toute l'actualité
MARITIME

Partager cet article

Commenter cet article