ActuNautique.com

EDITORIAL - Au BOOT de Düsseldorf, la France industrielle qui gagne !

EDITORIAL - Au BOOT de Düsseldorf, la France industrielle qui gagne !
EDITORIAL - Au BOOT de Düsseldorf, la France industrielle qui gagne !

Avec ses 17 halls d'exposition, le Boot 2015, véritable mondial du nautisme qui avait lieu la semaine dernière à Düsseldorf a permis de mettre en avant un secteur industriel français particulièrement dynamique : la construction de bateaux de plaisance.

Car si la France n'était que le quatrième pays par le nombre de ses exposants, derrière l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas, les chantiers français représentés se distinguaient par leur dynamisme et leur offre produit.

A la différence du reste de l'Europe, le marché français du nautisme et de la plaisance a toujours été tiré par l'innovation, quand nos voisins européens se distinguent plus par des évolutions et améliorations constantes de produits existants. 

Du cubisme d'un côté ; de l'impressionisme de l'autre en quelque sorte, qui fait que l'offre hexagonale se différencie immédiatement et séduit !

A côté de ténors tels Bénéteau, Jeanneau, Fountaine-Pajot, DufourLagoon, Zodiac et Catana, l'offre française présente sur le Boot 2015 adressait quasiment tous les marchés, qu'il s'agise du grand voyage avec Grand Large Yachting et Alubat,  du luxe avec Amel, Latitude 46, Prestige, Black Pepper, Monte-Carlo Yachts, Privilège Marine, Wauquiez, Oxygene Yachts et CNB, des bateaux de caractère avec Rhéa Marine et White Shark, et des voiliers de niche avec les chantiers Pogo Structures, Astus, IDB Marine, Archambault, La Gazelle des Sables, Tiwal et Marée Haute.

En  parallèle, les professionnels français de la grande plaisance étaient regroupés sous l'égide de la FIN et de Super Yacht France, démontrant tout le savoir-faire français dans ce domaine, tandis que des sociétés telles Marsaudon, NKE, Nanni et Incidences Sails. liste non exhaustive, se mettaient en avant !

Ces entrerprises présentes étaient le fer de lance d'une filière qui emploie 40 000 salariés, qui exporte à plus de 70% sa production dans le monde entier.

Une fiière majoritairement composée de PME industrielles qui s'est promue à Düsseldorf, sans aucun complexe, auprès des 240 200 visiteurs du salon venus de toute l'Europe, mais aussi parfois de plus loin, notamment d'Asie et d'Amérique du Nord.

Et au vu du succès rencontré par l'offre française sur le Boot, on peut assurément être fier de contempler cette France industrielle qui gagne !

Cocorico ?

Partager cet article

Commenter cet article