ActuNautique.com

Les comptes du chantier naval DCNS tombent dans le rouge

Les comptes du chantier naval DCNS tombent dans le rouge

300 millions d'euro de pertes pour DCNS, principalement dues à des diversifications dans le nucléaire civil et le programme de SNA Barracuda.

C'est par un ricochet de communiqué de presse que l'nformation a été rendue publique, à savoir la publication d'un avertissement sur résultat du groupe de défense Thalès, actionnaire à hauteur de 35% de DCNS.

Dans ce communiqué, Thales informait la communauté financière que les difficultés rencontrées par DCNS, à savoir une perte de l'ordre de 300 millions d'euros, impacterait son propre résultat opérationnel d'environ 100 milions.

Pour DCNS, cette perte constitue une première depuis 2003, sans être une véritable surprise, depuis que le nouveau patron du chantier, Hervé Guillou, a déclaré dans un article paru dans les colonnes de notre confrère Les Echos, en octobre dernier, que sa société connaîtrait des soucis de rentabilités dans les mois à venir.

Ces soucis sont identifiés, qui viennent de deux programmes phares de DCNS, à savoir une diversification dans l'énergie nucléaire civile non maîtrisée, avec un envol des coûts de développement du réacteur de recherche Jules Horowitz du CEA, et un autre envol des coûts de "terminison" de certains programmes naval, dont les SNA Barracuda, ce qui explique d'ailleurs la volonté de DCNS d'en dériver un modèle classique à destination de l'Australie, le SMX Ocean.

Dans ce contexte, DCNS devrait passer plusieurs centaines de millions d'euros de provisions au titre de l'exercice 2014, sachant que le chantier est également confronté au manque à gagner de la non livraison du BPC Mistral Vladivostok commandé par la Russie, livraison bloquée suite à l'invasion de la Crimée et à la destabilisation en cours de l'Ukraine.


=> lire aussi
autres articles
sur DCNS

 
=> lire aussi
toute l'actualité
Mer & Défense

Partager cet article

Commenter cet article