ActuNautique.com

Volvo Ocean Race - 4670 milles pour la 3° étape entre Abu Dhabi et Sanya

photos : Ainhoa Sanchez/Volvo Ocean Race / Francois Nel/Volvo Ocean Race / Francisco Vignale/MAPFRE/Volvo Ocean Race
photos : Ainhoa Sanchez/Volvo Ocean Race / Francois Nel/Volvo Ocean Race / Francisco Vignale/MAPFRE/Volvo Ocean Racephotos : Ainhoa Sanchez/Volvo Ocean Race / Francois Nel/Volvo Ocean Race / Francisco Vignale/MAPFRE/Volvo Ocean Race

photos : Ainhoa Sanchez/Volvo Ocean Race / Francois Nel/Volvo Ocean Race / Francisco Vignale/MAPFRE/Volvo Ocean Race

4 670 milles, c'est la distance qui attend les six équipages de la Volvo Ocean Race encore en lice, pour la troisième étape de la course entre Abu Dhabi et Sanya.

Si certaines des contrées longées par les VOR 65 sur ce parcours font rêver des millions de terriens (L’Inde, le détroit de Malacca, Singapour, l’île de Bornéo, le Vietnam, la Chine), les marins, quant à eux, s’attendent à une route semée d’embûches.

La flotte va naviguer sous des influences météo très variables, dans des zones parfois très étroites et sans cesse à proximité des côtes et donc… de leurs nombreux pièges.

Jean-Luc Nélias, le navigateur de Mapfre, évoque sur ActuNautique.com, une étape "intéressante mais aussi compliquée et très variée".

Le Français qui a déjà effectué ce parcours sur la dernière Volvo Ocean Race explique que les équipages vont devoir gérer différentes conditions météo. Il va falloir s’adapter et beaucoup manœuvrer. Vents faibles, zones de cyclones, mousson forte de nord est, … voici un concentré de ce qui attend les marins de la Volvo Ocean Race à partir de samedi. Le Français raconte aussi la possibilité de croiser des toits, des frigos ou même... des machines à laver (!) en raison des fortes pluies qui ont agité ces dernières semaines certaines des régions traversées.

Même son de cloche du côté de Charles Caudrelier, skipper de Dongfeng Race Team.

"On aura beaucoup d’obstacles, beaucoup de dangers. Nous allons croiser beaucoup de cargos car c’est la zone la plus fréquentée au monde. Beaucoup de bateaux de pêche pas éclairés aussi. Beaucoup de choses qui flottent. L’objectif premier est d’arriver avec un bateau en bon état à la fin de cette étape. Car il y a beaucoup de pièges sans oublier la possible piraterie. En termes de sport et de régates, ca va être une zone compliquée à gérer avec peu de vent. On a tous peur de cette étape" analyse Charles Caudrelier à trois jours du départ qui sera donné samedi à 11h00 (heure française).

Laurent Pagès, à bord de Brunel, explique quant à lui qu’une bonne partie du parcours entre Abu Dhabi et Sanya se déroule à proximité de l’équateur et donc dans des vents faibles et instables.

Pour celui qui est arrivé en vainqueur à Abu Dhabi avec l’équipage mené par Bouwe Bekking, l’étape devrait se dérouler majoritairement au près et dans du vent faible. La philosophie du bord sera donc celle du « gagne petit ». « On ne sera pas véritablement dans une démarche océanique où l’on peut anticiper des systèmes comme le passage d’une dorsale. Il va falloir être vigilant en permanence. Etre attentif à ce qui se passe au-dessus de nos têtes et devant nous. Et puis, saisir la moindre opportunité qui se présentera » raconte le Rochelais.

Dans ces conditions, on peut imaginer que chaque équipage va tenter de rester au contact de ses adversaires. Ne pas quitter le groupe pour ne pas risquer de payer au prix fort une option trop hasardeuse sera une nouvelle fois le fil rouge d’une étape qui va se dérouler sous haute tension. « C’est une étape compliquée pour les navigateurs. Il y aura moins d’options radicales dans l’est ou dans l’ouest mais on peut rester bloquer dans du courant ou à cause d’une île. Les écarts peuvent être importants. Sur la deuxième étape quand on est arrivé ici, nous étions très proches de Team Alvimedica. En 24 heures de course, on lui a mis onze heures de temps. Proche de la terre il peut se passer beaucoup de choses ! » renchérit Nélias.

Alors quelle sera la clé de cette troisième étape ?

A bord de Team Brunel, l’équipage va s’astreindre à bien manœuvrer, à être précis sur la marche du bateau. « Ce sera aussi important de porter la bonne voile au bon moment. Entre 0 et 20 nœuds de vent au près, on a trois voiles possibles. Il faudra faire les bons choix » complète Laurent Pages qui donne l’avantage à celui qui sortira en tête à Singapour. « Il est possible que celui qui sortira le premier à ce moment-là pourra récupérer un peu de pression, accentuer son avance et contrôler ses poursuivants ».

« Nous allons faire rentrer un quatrième chinois, Kit. C’est l’un des plus âgés car il a plus de trente ans. (…) On va rentrer un autre moins de trente ans, un australien Jack Boutell qui va remplacer Wolf. Horace débarque car il a un problème de dos. Black restera à bord pour cette étape. Malheureusement, Yann Riou ne peut pas être avec nous pour de tristes raisons. On espère qu’il pourra revenir bientôt mais en attendant, c’est son ami Sam Greenfield, cameraman de l’organisation qui a beaucoup travaillé dans notre équipe et qui est le bienvenu à bord pour le remplacer » détaille Charles Caudrelier.

Autre changement majeur dans la flotte de la Volvo Ocean Race. Iker Martinez, le skipper de Mapfre, ne sera pas à bord pour cette étape en raison de ses obligations pour la préparation olympique qu’il mène parallèlement.

C’est Xabi Fernandez qui endosse le rôle de patron de l’équipage espagnol, et il sera intéressant d'observer le changement d'ambiance qui régnera à bord, à cette occasion.

La flotte devrait mettre entre 22 et 26 jours pour rallier Sanya.

En attendant, a lieu ce jour la l'in-port race d'Abu-Dhabi, la course in-port qui traditionnellement marque le début d'une étape de la Volvo Ocean Race !


=> 40 articles
VOLVO OCEAN RACE
2014-2015

 
=> lire aussi
actualité
Courses & Régates

 

Classement de la Volvo Ocean Race 2014
après 2 étapes

1) Team Brunel 4 pts
2) Abu Dhabi Ocean Racing 4
3) Dongfeng Race Team 4
4) Team Alvimedica 9
5) MAPFRE 11
6) Team SCA 12
7) Team Vestas Wind 12

Partager cet article

Commenter cet article