ActuNautique.com

Flyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de Bénéteau

photos - J.Kelagopian
photos - J.Kelagopian

photos - J.Kelagopian

Parmi les nouveaux Flyer 7 dévoilés cette année par le chantier français, le Flyer 7 Sport Deck est sans doute celui qui nous a le plus séduit à la rédaction d'ActuNautique.com !

Au renouvellement de la gamme des Flyer initiée par le chantier Bénéteau en 2013 avec le Flyer 6, le pari tenté par le chantier vendéen d'oser un nouveau style, inspiré des codes du design automobile, n'était pas gagné, tant il est vrai que la marché des open s'est toujours bâti autour de codes classiques instigués par Cap Camarat, Boston Whaler et White Shark.

Au fil des mois, il semble bien que ce pari soit en passe d'être gagné, confirmant le positonnement innovant du chantier Bénéteau dans le monde du nautisme et de la plaisance.

A cet égard, les Fyer 7, qui constituent pour le moment le sommet de cette gamme renouvelée, disposent d'atouts particulièrement pertinents pour batailler sur le segment supérieur des open hors-bord, entre leur dernière technologie de carène AirStep et leurs 3 plans de pont qui permettent de répondre aux attentes de plaisanciers aux motivations les plus diverses.

Entre le SpaceDeck (console centrale classique), le SunDeck (avant ponté abritant une petite cabine) et le SportDeck (bowrider avec cockpit avant et passage avant central), notre choix s'est porté sur cette version, rare en France et particulièrement séduisante.

Car ce type d'aménagement en fait clairement le bateau des amis, un modèle bien adapté aux loisirs nautiques et aux ballades à la journée, sur lequel tout le monde trouvera sa place, tant il est vrai que ce modèle en regorge, entre le cockpit arrière disposant d'une vaste banquette barrant la totalité de sa largeur, et d'un siège pilote complété d'une banquette double, et le cockpit avant dont l'espace est sans doute le plus vaste du marché, du fait du dessin arrondi de l'étrave.

Un dessin arrondi qui ne séduit pas tout le monde, mas qui permet de parfaitement déflecter les vagues car à l'instar des autres Flyer, ce Flyer 7 Sportdeck ne mouille pas !! Dans la grosse mer, il pourra certes taper, mais ce programme n'est clairement pas celui de ce modèle familial, dont la carène Airstep est bluffante, accrochant littéralement le bateau dans les virages et permettant d'abaisser sa consommation en réduisant sa traînée.

Flyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de Bénéteau
Flyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de BénéteauFlyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de BénéteauFlyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de Bénéteau

Rappelons que l'Airstep, une technologie propre à Bénéteau, consiste à injecter à l'arrière de la carène, une nappe de bulles d'air aspirées à l'avant du bateau, créant un effet  de "sol", principe qui fut autrefois développé avec succès en Formule 1.

Rassurant et économique, ce Flyer 7 charme par sa convivialité, d'autant plus qu'il offre un WC situé dans l'une des deux consoles, un réfrigérateur et une douche de pont. 

Avec ses vitrages latéraux situés à l'aplomb du franc bord, son bel arceau et son passage central vers le cockpit avant avant bien protégé, il saura à n'en pas douter rassurer les plaisanciers souhaitant embarquer des enfant à bord.

Motorisé avec un hors-bord Suzuki de 250cv 4 temps, le Flyer 7 SportDeck atteint la vitesse de 35 noeuds à 5800 tours/min.

Bien suffisant, sachant qu'il est possible de passer à 300cv , en simple ou double motorisation.

Mais est-ce bien utile ?

Flyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de Bénéteau
Flyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de BénéteauFlyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de BénéteauFlyer 7 SportDeck, le bow rider à l'américaine de Bénéteau

 

Fiche technique du Bénéteau Flyer 7 SportDeck

Longueur de coque - 6,99 m
Longueur Hors Tout - 7,50 m
Largeur de coque - 2,67 m
Déplacement lège - 2 100 kg
Motorisation maxi - 300 CV
Capacit carburant - 285 - 400 l
Catégorie - C10 / D12
Prix - 31000  euros TTC

 

Partager cet article

Commenter cet article