ActuNautique.com

Le chantier naval Archambault (86) placé en liquidation judiciaire

Le chantier naval Archambault (86) placé en liquidation judiciaire

Avec un passif de 200 000 euros et une chute de ses ventes, le chantier poitevin n'a pas trouvé de repreneur.

Coup dur pour le monde de la voile français, avec le placement en liquidation judiciaire du chantier Archambault, constructeur de voiliers de course bien connu, qui n'a finalement pas trouvé de repreneur, suite à son placement en redressement judiciaire, le 3 février dernier par le tribunal de commerce de Poitiers.

Confronté à de grosses difficultés depuis des années, il semble que son histoire ne conclut malheureusement dans les jours qui viennent, et que le seul espoir de voir désormais des Archambault encore construits, ne réside que dans la reprise des moules de coque et des droits intellectuels  du chantier par un investisseur, lors de la vente aux enchères des actifs de la société.

=> autres articles sur Archambault

Naguère florissant, le chantier Archambault n'a pas su anticiper l'arrivée de conmpétiteurs dynamiques sur son coeur de marché, tout en s'engluant dans le développement du M34, un bateau développé pour le Tour de France à la Voile, selon le cahier des charges de l'organisateur de la course et de ses skippers, très décrié par ces derniers du fait de sa dureté en navigation, qui engendrait près de 25000 euros de perte par unité vendue, et qui n'a fait qu'amplifier une situation inextricable au terme de laquelle Archambault a connu 3 dépôts de bilan ces 3 dernières années. 

Avec cette liquidation, c'est tout un pan du nautisme français qui disparaît, une bien triste fin pour un chantier qui restera dans les mémoires pour ses Surprise et ses autres A27, A31 et A35...

=> lire aussi

Troisième faillite en 3 ans
pour les voiliers Archambault

Partager cet article

Commenter cet article

Erwan 02/05/2015 09:38

C'est dommage. Par contre il est faux de dire que les skippers ont été consultés pour le M34.
Ils avaient demandé un bateau avec moins d'équipiers et plus facilement transportables.
L'organisateur du tour a imposé SON cahier des charges qui de toute façon ne pouvait qu'aboutir à un mouton à 5 pattes.