ActuNautique.com

Plaisance - la situation difficile que certains élus ne veulent pas voir

Plaisance - la situation difficile que certains élus ne veulent pas voir

Alors que le gouvernement a fait voter une taxe mouillage qui pourrait destabiliser toute la filière nautique française, la situation concrète de la plaisance est difficile, un point que semblent ignorer certains élus...

ActuNautique.com a rencontré un skipper professionnel basé sur la Côte d'Azur, qui partage son inquiétude si cette taxe mouillage (annoncée pour la seule Corse mais libellée de telle sorte qu'elle puisse s'appliquer à toutes les aires marines protégées recevant de l'argent d'une collectivité territoriale) venait à être mise en oeuvre, dans un contexte où la fiière rencontre déjà de sérieuses difficultés, quoi qu'en pensent certains élus, à la recherche désespérée de nouvelles rentrées fiscales.

"Depuis deux ans, les plaisanciers ont de plus en plus de mal à conserver leur bateau en état, et à payer les opérations normales de maintenance. Ne serait-ce que de le sortir ou de payer la place de port. D'ailleurs, récemment, on m'a donné, je dis bien donné, un bateau de 8,40m de long, parce que ses propriétaires, des français moyens, ne parvenaient plus à payer ni l'entretien, ni la place de port. La place de port, à l'année, revient à 5500 euros à Cannes, sachant que le contrat pour la place est soit un contrat d'hivernage, soit un contrat d'estivage, à savoir des contrats de 6 mois. Tous les 6 mois, on n'est plus sûr de pouvoir conserver sa place !! Dans le yachting, la situation réelle depuis un an s'est beaucoup tendue. Actuellement, il y a beaucoup de marins et de capitaines de yachts qui sont à la recherhce d'un travail. De plus en plus, ils ne trouvent plus que de contrats ponctuels, et non plus à l'année ou sur 8 mois, comme cela se faisait avant. Les gros bateaux n'embauchent plus que sur l'instant, à la sortie !! Il y a 3 ou 4 ans, un yacht mis en charter sortait un mois et demie dans l'année. Dorénavant, un armateur est bien content si son yacht sort 2 semaines dans l'année ! Dans ce contexte, la taxe mouillage pourrait avoir des conséquences auxquelles personne ne veut vraiment penser. Sa mise en place en Sardaigne a été calamiteuse : les gros bateaux sont partis, les commerces ont fermé boutique, les accastilleurs ont fait faillite... Je ne comprends pas pourquoi les politiques s'obstinent à ce point, sont aussi incompétents, et pourquoi ils jouent avec le feu et les emplois des autres. En plus, la taxe Giacobbi est idiote, car sa raison officielle est la protection de l'environnement, alors qu'elle ne cherche pas à limiter les nombres de mouillage, mais se contente de les taxer ! Au final, les propriétaires de petits bateaux vont renoncer à leur loisir, et les gros yachts qui ont les moyens vont s'équiper de système GPS pour rester en stab', sans mouiller leur ancre !! (système de géopositionnement satellite - ndlr). Au final, ils ne payeront rien du tout ! Je suis très pessimiste et mon opinion est largement partagée par mes collègues sur les pontons. Ce n'est pas un cri catégoriel : c'est à croire que certains veulent tuer le secteur du nautisme et du tourisme côtier... Mais quel est donc leur intérêt à le faire ?"


=> lire aussi tous nos articles sur la Taxe Mouillage
 

Partager cet article

Commenter cet article