ActuNautique.com

SNCM - nouveau coup de théâtre dans la reprise de la compagnie

SNCM - nouveau coup de théâtre dans la reprise de la compagnie

Le nom du repreneur de la SNCM qui devait être annoncé aujourd'hui ne le sera qu'en septembre. Tout est à refaire !

Alors qu'à Calais, la Scop SeaFrance exploitant les 3 ferries d'Eurotunnel MyFerryLink semble promise à un avenir bien sombre, le sort de sa jumelle dans l'infortune, la SNCM, vient une nouvelle fois de vivre un rebondissement comme seule la SNCM sait en réserver !

Sur le papier, tout était bon : c'est aujourd'hui en effet que le tribunal de commerce de Marseille devait désigner le repreneur de l'inénarrable Société Nationale Corse Méditerranée, plus connue pour ses grèves et ses faits divers que pour sa qualité de service, parmi les 3 repreneurs en lice, Daniel Berrebi, un armateur franco-tunisien, Christian Garin, l’ex-président du port de Marseille, et Patrick Rocca, un entrepreneur corse.

Sauf que finalement, les juges consulaires, sous la pression de la CGT qui menaçait de déclencher une grève dure à compter du 11 juin, ont préféré reporter leur choix au 25 septembre prochain, rejettant les 3 offres considérées comme insuffisantes en matières sociale.

Cette pression sur la justice a donc conduit à un énième report d'une décision définitive quant à l'avenir la compagnie, au motif que les 3 dossiers présentés ne permettaient en effet de "ne" sauver que 800 à 900 salariés sur les 2000 (!) actuellement employés par la compagnie.

En attendant le 25 septembre, la SNCM reste donc en redressement judiciaire, sachant qu'un quatrième repreneur possible s'est fait connaître, à savoir la société STEF, géant de la logisitque, propriétaire de la Méridionale, compagnie co-délégataire avec la SNCM du service public de desserte de la Corse.

Dans un courrier sans entête ni signature (!!!), la STEF a fait savoir qu'elle était prête à jouer le rôle de facilitateur lors d'un tour de table destiné à sauver la SNCM. En bref, la reprise de 6 navires de la SNCM et de 800 salariés, pour un ticket de 15 à 20 millions d'euros, soit peu ou prou une offre comparable à celles faites par les 3 premiers repreneurs, à un détail près : une surface financière du groupe bien plus rassurante.

Par voie de communiqué de presse, Transdev, premier actionnaire de la SNCM, a déploré de nouveau report de décision, s'est étonné de l'apparition d'une nouvelle offre de reprise de dernière minute, et a précisé que la société n'apporterait aucune contribution supplémentaire au financement de la SNCM et qu'elle n'irait pas au-delà des engagements pris à ce jour quant à l’abandon de ses créances et au financement de la restructuration sociale.


=> lire aussi
43 autres articles
sur la SNCM

 
=> lire aussi
toute l'actualité
MARITIME

Partager cet article

Commenter cet article

tordu 12/07/2015 16:27

pour etre sauvez vendez a la stef

sinon c'est la disparition pur et simple de la sncm

Bernard 11/06/2015 10:31

Bonjour, je suis très désagréablement surpris de "l'agressivité" de votre article sur la SNCM, Depuis plus de 35 ans j' utilise cette compagnie entre Corse et Continent , la SNCM a toujours assuré un service quotidien de qualité quelque soit les conditions météo avec des navires en état et du personnel compétent.. Le personnel de la SNCM ne fait que défendre son outil de travail comme dans bien d'autres sociétés ou autres administrations que nos chers gouvernements successifs démantèle au non du du fric. Alors arretez de toujours taper sur l'ouvrier et placez les responsabilités sur ceux qui démolissent tant d'entreprises et administrations quotidiennement.

marenostrum 17/06/2015 01:12

et c'est un vrai coco qui vous parle!!
un de ceux qui ont explosé la sncm et le port de marseille!
vivement une vraie privatisation!