ActuNautique.com

Après 4 années de baisse, le marché nautique français amorce sa stabilisation

Après 4 années de baisse, le marché nautique français amorce sa stabilisation

Le début de la saison nautique, marqué comme tous les ans par l’ouverture du Yachting Festival de Cannes, a été l’occasion, pour la Fédération des Industrie Nautiques (FIN), de dresser un premier point de la situation du marché français.

Si ce n’est pas franchement un redémarrage, il semble que le marché nautique français ait touché le fond en 2014 et se soit stabilisé en 2015, voire ait connu une légère hausse des ventes en matière de bateaux neufs.

Ce ouf de soulagement, après 4 années de baisse ininterrompue, c’est Yves Lyon-Caen, président de la FIN qui l’a partagé la semaine dernière devant les représentants de la presse professionnelle et économique, en dressant le premier point de l’activité de la filière, alors que la saison nautique 2015-2016, débute demain avec l’ouverture du Yachting Festival de Cannes.

En 2015, il devrait en effet s’être vendu un peu plus de 12000 unités neuves sur le marché français, soit une hausse des ventes comprise entre 0 et 2%. Cette hausse qui peut paraître faible, est cependant à souligner, qui intervient après une chute du marché de près de 30% survenu entre 2011 et 2014, le nombre d'unités neuves vendues étant passé sur cette période de près de 18000 à 12000…

Le marché de l’occasion pour sa part, croît lui franchement, avec une hausse attendue de près de 5% des mutations (cessions) soit un peu plus de 66000 transactions.

La filière française profite largement de la dynamique européenne qui devrait afficher une progression des ventes comprise entre 3 et 5%, tirée par les marchés britannique, scandinave, espagnol et italien

Autre motif de satisfaction pour la FIN, le développement des pratiques, en progression de 5 à 10%, du fait d’une belle fréquentation touristique (nombreux jours fériés au printemps), d’une bonne météo estivale et de Français qui ont pris leurs vacances dans l’hexagone.

Le littoral Atlantique-Manche a bénéficié de la présence d’unités de plus grande taille que l’année précédente et de la venue de nombreux plaisanciers britanniques, tandis que la côte méditerranéenne a connu une bonne fréquentation des ports durant l’été, après un début de saison très calme.

La voile légère et la glisse confirment leur dynamisme, avec une hausse de fréquentation des écoles de voile de près de 5 à 10%, le succès non démenti du stand-up paddle, et l’attrait engendré par la pêche de loisir, le jet-ski, le ski nautique et le kite.

Après 4 années de baisse, le marché nautique français amorce sa stabilisation
 

 

Yves Lyon-Caen, quelle est la situation du marché nautique français au moment où s’ouvre la saison 2015-2016 ?

Yves Lyon-Caen – La saison nautique 2014-2015 est une saison de transition, qui montre des signes positifs favorables. Nous sortons d'une période difficile de crise, de baisse du marché, qui a marqué notre filière depuis 4 ans. 2014-2015 est la première saison marquée par une stabilisation, voire une très légère croissance des ventes de bateaux neufs. Nous pensons que ce signe positif devrait être confirmé par la saison à venir.

Quels éléments vous poussent à faire montre d'optimisme pour 2015-2016 ?

Yves Lyon-Caen - Deux raisons nous incitent à être positifs. Tout d'abord la situation du marché européen, qui connaît une reprise, en particulier dans des pays très sévèrement affectés par la crise, en particulier l'Italie, l'Espagne, et à un moindre degré la Scandinavie et la Grande-Bretagne. Ces pays apportent une contribution très favorable à la croissance du marché nautique européen. De la même façon que la France était rentrée dans la crise avec retard, nous pensons qu'elle devrait intégrer l'an prochain le peloton des pays dynamiques en matière de ventes de bateaux neufs !

Qu'en est-il du marché de l'occasion ?

Yves Lyon-Caen - Le marché de l'occasion affiche pour sa part une très bonne tenue, qu'il s'agisse du nombre des transactions, en légère croissance cette année, que du niveau des prix, puisque nous pensons que dans l'ensemble, les prix se tiennent sur le marché !

 

Partager cet article

Commenter cet article