ActuNautique.com

Les architectes navals Verdier et VPLP signent une nouvelle génération de voiliers de course Imoca

Photo Banque Populaire 7 ©Thierry Martinez/Sea&Co

Photo Banque Populaire 7 ©Thierry Martinez/Sea&Co

Apres deux campagnes de collaboration fructueuse en Imoca avec les deux premières places à l'arrivée du dernier Vendée Globe, les cabinets d'architecture navale VPLP et Team Verdier lancent leur troisième campagne pour le Vendée Globe 2016.

A l'origine de cette démarche, les équipes de course Safran et Banque Populaire qui souhaitaient améliorer sensiblement les performances de leurs futures bêtes de course, en respectant les contraintes de la nouvelle jauge Imoca, un challenge d'autant plus complexe que cette nouvelle jauge permet aux anciennes générations d'évoluer dans un cadre diffèrent des nouveaux bateaux !

Les deux équipes de conception de VPLP et Team Verdier ont donc planché de longs mois sur le postulat selon lequel en respectant les critères de jauge statiques, l'amélioration des performances tirerait profit de critères dynamiques.

Une problématique complexe

A l'arrivée, les nouveaux Imoca 2016 mettent en oeuvre de nouvelles formes de coque radicales et plus puissantes, avec un bouchain bas et une étrave pleine, conçues pour naviguer gitées avec une trainée minimum.

La structure est grandement raffinée, plus complexe et plus légère, afin de compenser l'augmentation de la masse liée au mât et à la quille tous deux monotypes, imposés pour être conformes à la nouvelle jauge.

L'évolution naturelle a donc consisté dans l'ajout de foils, une démarche rendue ardue dans le contexte de la jauge, le nombre d'appendices étant limité à 5, ce qui a conduits les architectes à imaginer une dérive créant une force transversale (la force antidérive), tout en développant simultanément une force d'allègement verticale, appliquée à l'extérieur, sous le vent du bateau pour le rendre plus puissant.

Si ces nouveaux Imoca se révèlent un peu plus lourds que les anciennes générations (ce qui est un désavantage dans le petit temps), ils auront moins besoin d'avoir recours à des ballasts liquides ( donc moins de masse embarquée) pour les vents plus soutenus.

6 Imoca 2015, regroupés en 3 familles

Les six bateaux prévus, dont quatre ont déjà été mis à l'eau, peuvent se regrouper en 3 familles :

  • La première famille est constituée de Safran, Banque Populaire 7, construits chez CDK Technologies et Vento de Sardegna chez Persico en Italie. Ils sont issus d'une même forme de coque caractérisée par sa capacité de puissance au reaching. Leur ressemblance s'arrête là ; chacun dispose d'un aménagement de la zone de vie et de manœuvres différents et de son propre plan de pont, résultat des études et aspirations de chacun des skippers.
  • La conception de la deuxième famille composée de Edmond de Rothschild et Saint-Michel Paprec, construite chez Multiplast, a débuté six mois plus tard sur la base d'un cahier des charges différent dans lequel une formule plus polyvalente était recherchée, davantage que la puissance et la vitesse max. Ces cinq IMOCA ont néanmoins en commun la même philosophie de dérives foils que les précédents et, comme l'impose la jauge, un plan de voilure similaire. Tous ont opté pour la version mât aile one design.
  • Le sixième, Hugo Boss, construit en Angleterre chez Green Marine, sera issu de réflexions particulières avec Alex Thomson et son équipe technique. A l'issue des études, il devrait être le plus radical des six. Le choix de dérives « nouvelle vague », issu d'études au sein de leur design team, a délibérément dicté les principales options telles que largeur et forme du pont dans la zone avant.

Après 18 mois consacrés à concevoir et faire le suivi de ces six bateaux, les équipes de VPLP et du Team Verdier peuvent désormais souffler un peu ! Gageons toutefois que les premières confrontations engendreront de nouvelles réflexions, en particulier sur les dérives foils pour plus de versatilité...


=> lire aussi
toute l'actualité
Architecture Navale

 
=> lire aussi
toute l'actualité
Course au large
Photo Safran 2 ©Olivier Blanchet/DPPI

Photo Safran 2 ©Olivier Blanchet/DPPI

 

Le calendrier des mises à l'eau :

  • Safran 2 (Morgan Lagravière) a été mis à l'eau le 5 mars 2015
  • Banque Populaire VIII (Armel Le Cléach) mis à l'eau le 9 juin 2015
  • Edmond de Rothschild (Sébastien Josse) mis à l'eau le 7 août 2015
  • Vento de Sardegna (Andrea Mura) mis à l'eau le 16 août 2015
  • Hugo Boss (Alex Thomson) mis à l'eau début septembre
  • Saint-Michel Paprec (Jean-Pierre Dick) mis à l'eau mi-septembre

Partager cet article

Commenter cet article