ActuNautique.com

Un trimaran de course établit le premier record de l'Océan Arctique par le Passage du Nord-Est

Un trimaran de course établit le premier record de l'Océan Arctique par le Passage du Nord-Est
Un trimaran de course établit le premier record de l'Océan Arctique par le Passage du Nord-Est

Après 13 jours de mer et 3 240 milles de navigation, Qingdao China, mené par le Chinois Guo Chuan, a franchi la ligne d’arrivée dans le détroit de Bering le 15 septembre à 16h48 TU.

Pour la première fois dans l’histoire, un trimaran de course a traversé sans escale le passage du Nord-Est de Mourmansk au détroit de Bering.

Parti de Mourmansk le 3 septembre dernier, Qingdao China a franchi la ligne de départ à 13h41 TU pour tenter de boucler sans escale cette traversée du passage du Nord-Est. La première phase du voyage s’est effectuée dans des conditions dangereuses avec du vent fort pendant les trois premiers jours, ce qui a contraint Guo à faire une route plus au sud dans la mer de Kara. Après s’être frayé un passage parmi les growlers et les icebergs de la mer de Laptev, l’équipage a subi le froid et les rafales de la mer de Sibérie de l’Est. Le soleil est apparu seulement lors de leur entrée dans la mer de Chukchi à un peu plus d’une journée de la ligne d’arrivée entre le cap Dezhnev et l’île de Grand Diomède dans le détroit de Bering.

Dès le franchissement de la ligne d’arrivée, le skipper chinois était tellement ému qu’il ne pouvait guère cacher ses émotions. « C’est un moment incroyable. Il y a deux mois, je n’aurais pas cru que l’on allait vivre un moment comme celui-ci. C’est le genre d’expérience que l’on ne découvre que dans ses rêves ».

Revenant sur les 13 jours du voyage, Guo déclare sur ActuNautique.com : « Je suis fier de mon exploit et de mes hommes. C’était un voyage dur et éprouvant, notamment quand nous étions entourés par les glaces subissant les fortes rafales et un temps glacial. Le bateau tapait comme si l’on était sur les montagnes russes et il semblait impossible de l’apprivoiser. A plusieurs reprises, nous nous sommes trouvés dans des situations délicates, et j’ai eu des doutes sur notre capacité à réussir. Mais grâce à notre détermination et au courage de cet excellent équipage, nous avons surmonté ces difficultés ensemble pour réaliser cet exploit ».

Guo précise que ce défi était aussi l’occasion de porter le message de la Paix et du Sport. « Il s’agit d’une équipe internationale avec des hommes de nationalités chinoise, française, allemande et russe à bord. Nous avons nos propres cultures, mais nous avons réussi à travailler ensemble pour réaliser cet exploit. En tant que seul Chinois engagé comme ambassadeur pour la Paix et le Sport, je souhaite porter ce message de la paix aux autres. Aujourd’hui sur notre planète, nous voyons des nations en guerre, mais nous avons souhaité démontrer que les gens peuvent réaliser de belles choses ensemble malgré leurs différences ».

C’est donc un nouvel exploit que vient de réaliser Guo Chuan, qui est le visage aujourd’hui de la course au large chinoise. Lingling Liu, Directrice de Guo Chuan Racing, reçoit beaucoup de messages du monde de la voile. « C’est un projet chinois mené par un skipper chinois avec le soutien de professionnels à travers la planète et nous sommes fiers d’avoir relevé ce défi ».

Le météorologue Christian Dumard ajoute : « C’était comme la première course autour de la planète ou la première ascension de l’Everest ».

Yves Le Blévec, skipper du trimaran Ultime Actual : « Je suis avec beaucoup d’attention le défi de Guo Chuan. Sillonner cette zone extrême à bord d’un trimaran de cette taille est assurément un beau challenge. Guo Chuan et ses équipiers ont realisé un bel exploit ! »

Kito de Pavant, skipper du 60 pieds IMOCA Bastide Otio : « Le parcours est très intéressant et le défi forcément difficile. Mais Guo Chuan navigue de manière raisonnée. Sa performance ouvre de nouvelles voies de navigation. D’autres marins pourraient bien s’engouffrer dans la brèche. On peut même imaginer que des courses passeront par là un jour. Affaire à suivre ! »

Benoit Cabaret, architecte du trimaran Qingdao China (ex IDEC) ne cache pas sa surprise quant à lui : « En tant qu’architecte, j’étais surpris quand j’ai appris qu’un trimaran Ultime allait s’attaquer à cette traversée delicate. Les nouveaux challenges ne sont plus si courants de nos jours, c’est pourquoi la performance de Guo Chuan et de son équipage est remarquable. »

Ce nouveau temps de référence établi lors de la traversée du passage du Nord-Est est le deuxième grand record de Guo Chuan.

Rappelons en effet qu'en 2013, il avait établi un premier record lors de son tour du monde sans escale à bord d’un Class40. Le 8 septembre dernier, il a sans doute établi un autre record en naviguant à 78°33’25 Nord, à seulement 1 271 km (686 milles) du Pôle Nord.

Une position septentrionale jamais atteinte par un voilier de course.

Un trimaran de course établit le premier record de l'Océan Arctique par le Passage du Nord-Est

Partager cet article

Commenter cet article