ActuNautique.com

Bateaux Grand Voyage – le problème de l’électrolyse sur les coques en aluminium

Electrolytic corrosion aluminium - Photo - hugantibesElectrolytic corrosion aluminium - Photo - hugantibes

Electrolytic corrosion aluminium - Photo - hugantibes

Aujourd’hui, dans la chaîne d’information Nautisme et la chaîne d’information Grand Voyage d’ActuNautique.com – L’électrolyse est un problème récurrent des coques en aluminium (mais aussi en acier) auquel il faut veiller pour ne pas avoir de mauvaise surprise…

Dans le domaine des voiliers de grand voyage ou blue sailing, il est un sujet sensible, à savoir celui de l’électrolyse, cette corrosion galvanique souvent pernicieuse, et pouvant in fine déboucher sur la formation de trous dans la coque des bateaux.

Le phénomène d’électrolyse est généré par la présence d’un courant électrique en contact direct avec la coque ou une partie en aluminium.

Ce contact vient en général d’un défaut d’étanchéité du câblage électrique, en particulier au niveau des passages de cloisons ou des varangues, et exige une totale bipolarité du circuit, incluant le moteur, qui consiste à faire revenir l’ensemble des fils plus et moins de tous les équipements aux bornes de la batterie.

Attention : selon le principe que deux métaux de potentiel différent baignant dans de l’eau de mer, (ou situés dans une zone à forte rétention d’eau de mer) forment une pile, l’électrolyse peut aussi provenir d’un courant ne venant pas du réseau électrique du bateau !!

Comme par exemple du simple contact de deux métaux à potentiel différent, comme par exemple d’un élément d’accastillage vissé sur le pont alu, sans isolation….

Amarré au port, un bateau en aluminium subit en parallèle les attaques d’électrolyse, du fait de la présence de métaux de potentiel différent de celui de sa coque, qu’il s’agisse des structures des pontons, d'objets divers immergés…. Voire d’un bateau voisin en acier, amarré à côté !!

Dans ce cadre, il est absolument nécessaire de bien surveiller ses anodes et de les remplacer à une fréquence plus courte que ce qui est généralement conseillé.

Le meilleur indicateur pour tester son réseau électrique est d’utiliser un détecteur de fuites électriques qui sera d’une précision diabolique, du fait du réseau bipolaire du bateau, et indiquera très vite d’où vient un éventuel problème.

Pour les adeptes de la peinture, elle ne sera d’aucun recours pour éviter un phénomène d’électrolyse sur un bateau alu, car ce phénomène généralement dispersé, se concentrera alors avec plus de virulence sur toutes les parties n’en portant pas : éraflures, coups...


=> lire aussi
toute l'actualité
du Grand Voyage

 
=> lire aussi
toute l'actualité
de la Voile
Bateaux Grand Voyage – le problème de l’électrolyse sur les coques en aluminium

Partager cet article

Commenter cet article

Hervé B 21/10/2015 19:18

Une bonne protection cathodique de la coque et un contrôle à flot de la protection évite la majorité des problèmes.

Pierre A 21/10/2015 17:12

Je n'aime pas, ayant un bateau en alu