ActuNautique.com

Interview - pourquoi la Fédération Française de Voile a rejoint la Confédération du Nautisme et de la Plaisance

Interview - pourquoi la Fédération Française de Voile a rejoint la Confédération du Nautisme et de la Plaisance

Nautisme - La Confédération du Nautisme et de la Plaisance (CNP) regroupe près de 21 organisations représentatives de la filière Nautique française.

Jean Kerhoas, vice-président de la Fédération Française de Voile (FFV) explique sur ActuNautique ce qui a motivé la FFV à rejoindre la CNP (Confédération du Nautisme et de la Plaisance) parmi ses 7 membres fondateurs, et à y jouer un rôle de tout premier plan.

"La Fédération Française de Voile, comme toutes les fédérations délégataires sportives et assimilées dans notre confédération, est connue pour la pratique compétitive - les jeux olympiques par exemple - mais beaucoup moins connue pour sa dimension sociale et éducative.

"Notre dimension sociale et économique n'est pas assez bien perçue"

Cette activité est pourtant très conséquente chez nous, puisque nous avons dans l'ensemble de nos fédérations entre 15000 et 20000 emplois, et près du milliard d'euros de chiffre d'affaires. Cette dimension n'est pas connue, non seulement du grand public, mais aussi des autorités administratives avec lesquelles nous cogérons le développement de nos pratiques. L'un des éléments qui nous a conduits a devenir l'un des membres actifs de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance a été que pour se faire entendre, il faut être en capacité de se regrouper. Nos fédérations avaient cet inconvénient d'être atomisées.

"Unis, il est plus facile de se faire entendre"

Quand on est 20 interlocuteurs autour de la table, on n'est pas forcément entendus.Quand on est un seul et que l'on parle au nom de tout le monde, évidemment, le poids est tout à fait différent. L'intérêt de la CNP a été pour nous de rejoindre une organisation qui va au delà du sport, et concerne toute la filière nautique, avec l'industrie et les services, les ports de plaisance, les usagers de la mer. Ensemble, il est bien plus facile de faire entendre la voix de la filière auprès des autorités. C'est aussi le meilleur moyen de se développer en respectant les principes auxquels nous sommes attachés, en particulier au niveau du développement durable, puisque l'environnement est tous les jours notre terrain de jeu. Un respect de l'environnement qui doit prendre en compte des dimensions sociales et économiques qui sont les constantes de notre secteur d'activité, avec ce que cela génère aujourd'hui et peut générer demain, en particulier en emplois.

"70 000 emplois pour la filière nautique"

La filière nautique, c'est environ 70 000 emplois, et ce chiffre doit être connu, qui recèle un formidable potentiel de développement. Cet été, si l'on ne considère que le périmètre de la Fédération Française de Voile, nos structures ont progressé de près de 8% ce qui est plutôt bon dans le contexte économique actuel."

ils font la Hune de l'actualité....

Bénéteau  Jeanneau  Mercury  Boston-Whaler  RM Fora Marine
AGL Marine  Targa  Bayliner  Quicksilver

Partager cet article

Commenter cet article