ActuNautique.com

Nouvelles catégories de conception bateaux - l'avis sans langue de bois d'un constructeur

Martin Lepoutre, président du chantier Fora Marine, à La Rochelle (voiliers RM)

Martin Lepoutre, président du chantier Fora Marine, à La Rochelle (voiliers RM)

A compter d'aujourd'hui, la réglementation change dans le domaine des catégories de conception de bateaux de plaisance.

ActuNautique.com a recueilli l'avis de Martin Lepoutre, président du chantier Fora Marine, constructeur des RM, les fameux voiliers hauturiers rapides signés Marc Lombard. Un avis sans langue de bois, qui a le mérite de la clarté !

Martin Lepoutre, les catégories de conception de bateaux de plaisance changent aujourd'hui : quelle est votre position par rapport à cette évolution ?

"Cette évolution de deux impacts; un impact technique et un impact commercial.

Au niveau de l'impact commercial, les acheteurs de bateaux et les plaisanciers sont très attachés à ces catégories de conception. lls mélangent toutefois beaucoup de choses, entre les catégories de conception et de navigation. Ils mélangent aussi des histoires de distance par rapport à la côte, de dégrèvement de TVA dans les anciennes LOA d'il y a 10 ou 15 ans !! Tout ce qui va dans le sens de la création du trouble dans l'esprit des plaisanciers et des clients est une mauvaise chose.

=> lire aussi : catégories de conception 2016  
les bateaux de plaisance devront-ils repasser leur certification ?

Ces changements à répétition, parce que ce n'est pas la première fois que l'on change, cela trouble le consommateur et dans ce sens, c'est très négatif.

Maintenant, sur le fond, dire je m'engage avec mon bateau, à ne pas affronter de mer de plus de telle hauteur de vagues et de plus de telles forces de vent, je crois que cela reste très théorique, et ce qui est théorique engendrera des difficultés d'application pratique, ce qui n'est pas simple.

D'un point de vue technique maintenant, il se dit, mais cela n'est pas encore très clair, que les bateaux actuellement commercialisés, au catalogue des chantiers, bénéficiant déjà d'une catégorie de conception, pourraient être obligés de passer la nouvelle certification ! Si cette information devait être confirmée, cela constituerait un véritable scandale. Nous attendons donc cette confirmation ou pas.

En conclusion, changer les catégories de conception, pourquoi pas, mais je trouve que l'on meurt, d'une manière globale d'un surcroît de certifications, de normalisations, de réglementation en tous genres !!"

=> autres articles catégories de conception de bateaux

Partager cet article

Commenter cet article

Philippe E 18/01/2016 15:00

Pleinement d'accord avec Martin Lepoutre.
On se trompe de débat car dans cette nouvelle réglementation on mélange la météo et la construction.
- changer de catégorie apportera peut être un progrès dans la sécurité des navires mais en aucun cas dans la sécurité de l'équipage.
- rendre obligatoire l'apprentissage de la météo dans une école de voile est certainement LA solution.

Andy G 18/01/2016 11:42

C'est la ou je voulais dire qu'ils ont embrouillé tout le monde.....La nouvelle réglementation donne bien les hauteurs en hauteur significative avec les mêmes valeurs qu'avant. La FIN dans sa communication à cru bon de transformer en hauteur maximale (1,9 × la hauteur significative) pour on ne sait qu'elle raison.
Vous avez un article sur anpm.fr qui explique avec un contrôle de l'article par la DDTM.

Marie Pierre P 18/01/2016 11:41

Catégories de conception et de navigation sont très différentes. De la première, la plus importante pour un chantier, découlent l'échantillonnage, l'épaisseur des vitres, hublots etc.... Donc, effectivement, un surcoût surtout pour un navire en ancienne catégorie B ou C.
Différence également, la notion de Haute mer, côtier etc., qui étaient liés à la catégorie de conception, semble disparaître.
Mais, la grande question : comment adapter cette réglementation aux navires d'occasion ? N'aurait-il pas été plus judicieux de changer ces lettres A, B, C, D ?

Yann L 18/01/2016 10:45

Encore une belle mise à jour par des gens qui ne naviguent jamais.. La seule différence notable entre l'ancienne et la nouvelle règlementation est que maintenant on parle de hauteur maximum et avant on parlait de hauteur significative (effectivement le tiers observé des vagues les plus hautes sur un temps donné)..
Là où ça coince.. C'est que la météo nous donne la hauteur significative.. et voilà comment on embrouille la majorité des plaisanciers en une seule "clarification" (?!)
Là où ça coince aussi, c'est qu'il ne faut pas multiplier par 3 le nouveau tableau, mais encore là il y a effectivement une erreur sur le Classe D où ils ont gardé l'ancienne limite au lieu d'ajuster..
Pourquoi faire simple alors qu'on peut compliquer tout ça...? Personne ne comprend rien à cette réforme et pour cause, c'est une aberration..

Andy G 18/01/2016 10:06

On assiste à une extrapolation de la nouvelle réglementation qui met inutilement les plaisanciers dans le doute.
Ce qu'il faut retenir du changement c'est que rien ne change. Seul les dénominations change en parti, c'est à dire que l'on enleve les termes hauturier, côtier. ...Pour ne garder que À, B,C,D.
Les anciennes homologations ne changent pas puisque répondent au même cahier des charges.
La FIN dans un soucis de bien expliquer les choses les a compliqués.