ActuNautique.com

Qui, pour reprendre les bateaux White Shark et Guymarine ?

Qui, pour reprendre les bateaux White Shark et Guymarine ?

Nautisme - en redressement judiciaire, le chantier Mains de Marins a vu sa période d'observation prolongée de 6 mois et vue d'un plan de cession.

Fortement impacté par la cessation d'activité de l'un de ses sous-traitants, le slovène Seaway, par une situation de marché difficile pour les petits chantiers, en particulier sur le marché français et par une reprise de LBO ruineuse, le chantier Mains de Marins, basé sur l'ïle d'Oléron et issu de la reprise successive du chantier Guymarine puis de la marque White Shark, est actuellement en vente.

Une décision prise par la tribunal de commerce le 8 décembre dernier, et dont l'objectf est d'adosser la structure à une entité disposant des moyens permettant d'assurer la pérennité des marques.

Une grosse déception pour les repreneurs des deux entités, qui avaient souhaité mettre en avant le "fabriqué en France", mais auront été confrontés à des vents contraires contre lesquels il était difficile de lutter.

Dans ce contexte, il semble que la marque White Shark, internationalement connue pour ses beaux modèles open, pourrait susciter bien des convoitises, pourquoi pas de son ancien propriétaire, le groupe Catana, mais pourquoi pas aussi d'acteurs tels Dufour, totalement absent du secteur du motonautisme, ou Fora Marine, dont le dynamisme dans le domaine de la voile pourrait trouver un pendant prometteur dans le moteur, voire d'un groupe tels Wauquiez-Experton, qui a récemment repris le chantier rochelais Latitude 46 (Tofinou), et qui se positionne sur les bateaux de luxe, positionnement de White Shark.

Pour Guymarine, marque réputée pour ses pêche-promenade in-board, l'affaire sera plus délicate, tant son positionnement est difficile, qui a pris de plein fouet l'explosion du marché des timoniers hors-bords, tels les Marlin de Jeanneau, les Barracuda de Bénéteau ou les Pilothouse de Quicksilver

Dans tous les cas de figure, les semaines à venir devraient permettre d'y voir plus clair quant à cette cession, et nous ne manquerons pas de revenir sur ce dossier dès une prochaine avancée significative.

Décryptage - La prolongation de la période d'observation du chantier Mains de Marins et le lancement d'un plan de cession, a pour objectif de tenter de pérenniser les deux marques du chantier, Guymarine et White Shark. Une opération qui sera sans doute plus facile pour la seconde que pour la première, sachant que cette reprise nécessitera sans doute des moyens et un investissement humain importants. La survie même du chantier d'Oléron est clairement au coeur du problème, car certains repreneurs ne pourraient être intéressés finalement que par les marques, outillages et droits intellectuels.

Qui, pour reprendre les bateaux White Shark et Guymarine ?
Qui, pour reprendre les bateaux White Shark et Guymarine ?Qui, pour reprendre les bateaux White Shark et Guymarine ?

ils font la Hune de l'actualité....

Bénéteau  Jeanneau  Mercury  Boston-Whaler  RM Fora Marine
AGL Marine  Targa  Bayliner  Quicksilver  Suzuki

Partager cet article

Commenter cet article

Olivier R 12/01/2016 12:05

J'espère que ces deux excellentes marques trouveront repreneur sérieux. Ce serait bien triste de voir disparaître le chantier Guymarine.

Tanguy P 11/01/2016 21:12

Les polonais font du très beau boulot, suffit d'y amener les moules, et les standard de fabrication des White shark, le prix dégringolera, et pourra à nouveau séduire les clients potentiels.

maxime 12/01/2016 10:45

super pour les 17 personnes qui travaillent sur le site, leur dire que des polonais feraient mieux qu'eux !!!! J’espère que votre emploi n'est pas exportable !!!

Philippe S 11/01/2016 15:08

La solution c'est la chine..... c'est ce que j'avais dit au boss non sans ironie lorsque j'y travaillait

Jean-Luc T 11/01/2016 13:27

J'ai eu 2 WS 205 entre 1998 et 2003 pour le 1er et 2004 et 2009 pou le second ... 12 saisons de pur plaisir avec ce modèle à l'époque construit par Kelt.