ActuNautique.com

Yachting - le britannique Princess va supprimer 17% de ses effectifs

350 jobs to be cut by Princess Yachts

350 jobs to be cut by Princess Yachts

Yachting - En Grande-Bretagne, l'industrie du yachting connaît des situations contrastées, entre Sunseeker qui embauche, Fairline en faillite et Princess qui va supprimer 350 postes à Plymouth.

Gros temps pour le chantier britannique Princess, contrôlé par le français Bernard Arnault, qui fêtait ses 50 ans l'an dernier.

Le chantier spécialisé dans la construction de yachts vient en effet d'annoncer un plan de restructuration au terme duquel 350 postes seraient supprimés sur les 2000 que compte le chantier.

Ces suppressions concerneraient le site de Plymouth, tant au niveau de la production que du bureau d'étude et de l'administration, et auraient pour objectif d'augmenter drastiquement son niveau de productivité, jugé insuffisant.

En 2014, le chantier qui annonçait une croissance d'activité, avait engendré une perte de près de 14 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 320 millions.

Pour la direction du chantier britannique, l'année 2014-2015 aura été une année difficile pour l'industrie britannique du yachting, affectée par la baisse de l'euro, et des difficultés sur les marchés chinois et russe.

Pour répondre à cette situation, le chantier mise sur les nouveautés - 6 nouveaux modèles lancés en 6 mois - et sur une baisse de ses coûts..

Petit caillou dans cette stratégie : Oliver Colvile, député (MP) de Plymouth a officiellement demandé à la direction du chantier comment elle expliquait avoir bénéficié il y a 3 ans, d'une aide de l'Etat de 4 millions de livres sterling destinée à pérenniser 400 emplois, avant d'en supprimer 350 aujourd'hui.

Décryptage - Longtemps leader inconteté sur son marché, le chantier Princess subit de plein fouet la concurrence du français Prestige (groupe Bénéteau) dont la croissance insolente, tant en Europe qu'aux Etats-Unis l'affecte directement, mais aussi celle de Sunseeker qui fait un retour remarqué. La stratégie de montée en gamme de Princess semble insuffisante pour contrebalancer cette tendance, d'autant plus que le marché asiatique souffre, tout comme le marché russe. La société est également directement affectée par la baisse de l'euro. Dans ce contexte, Princess se doit de revoir son organisation industrielle et notamment ses process, pour réduire ses coûts. Une démarche longue et douloureuse...

ils font la Hune de l'actualité....

Bénéteau  Jeanneau  Mercury  Boston-Whaler  RM Fora Marine
AGL Marine  Targa  Bayliner  Quicksilver  Suzuki

Partager cet article

Commenter cet article