ActuNautique.com

Avec son nouveau repreneur, Fairline veut tripler sa production

Le chantier britannique naguère prestigieux, n'est plus que l'ombre de lui même. Tombé en faillite en fin d'année dernière, il vient d'être repris par des investisseurs russes qui souhaitent impulser un nouveau dynamisme à la société.

Avec son nouveau repreneur, Fairline veut tripler sa production

Si Fairline bénéficie toujours d'une aura en béton dans le monde du yachting, force est de constater que celle-ci a bien pâli ces dernières années, sous le contrôle d'un fonds d'investissement dont le principal objectif était plus d'imaginer une revente fructueuse de ses parts à moyen terme, qu'une pérennisation réelle de la société dans le long terme, dans un contexte concurrentiel tendu, caractérisé par l'apparition de nouveaux concurrents ambitieux, notamment des français Monte Carlo Yachts et Prestige.

De revente fructueuse il n'y aura pas eu, puisque tombée en faillite en fin d'année dernière, après la publication de comptes 2013 calamiteux - 23 millons d'euros de pertes pour 78 millions de chiffre d'affaires - le chantier vient d'être repris pour un montant de 4.5 millions de livres, avec  à la clé près de 350 suppressions d'emploi sur les 450 que comptait la société.

Redimensionné à la taille de son activité réelle, le nouveau Fairline aborde désormais son avenir avec un dynamisme qui lui faisait défaut depuis bien longtemps. 

La société compte ainsi produire 30 yachts en 2016, pour passer à 50 l'année suivante et 100 en 2018, le nouveau propriétaire du chantier s'étant engagé à livrer l'ensemble des unités en cours de production au moment de la reprise, soit une vingtaine de yachts.

Dans ses grandes années, Fairline produisait jusqu'à 300 unités comprises entre 38 et 80 pieds.

Un potentiel qui semble désormais difficile à atteindre, tant la concurrence s'est faite plus insistante ces dernières années.

Décryptage - Pour s'en sortir, la nouvelle direction de Fairline opte pour une stratégie de montée en gamme, ce qui impliquera notamment d'adapter son offre aux attentes du marché, en particulier dans le domaine des IPS et de cesser de vendre à marge zéro son Squadron 78. Le marché américain sera sans nul doute la principale priorité de Fairline, tout comme le marché russe, du fait de la nationalité des nouveaux propriétaires qui ont longtemps commercialisé une marque concurrente dans leur pays d'origine.

=> autres articles sur Fairline

Partager cet article

Commenter cet article