ActuNautique.com

Modern Express - succès du remorquage de la dernière chance

Ce matin, à 11H45, le remorqueur espagnol de haute mer Centaurus, a pris en remorque le roulier panaméen Modern Express, au terme d'une opération de sauvetage débutée le 27 janvier, quand le cargo a dû être évacué, ayant pris 50° de gîte, suite au désarrimage, en pleine tempête, d'une partie de la marchandise qu'il transportait.

 

Le cargo roulier Modern Express s’éloigne actuellement de la côte, remorqué par le « Centaurus ». Le convoi fait route à 3 nds (env 5 km/h).  Après avoir passé la remorque, l’équipe de la société SMIT Salvage a quitté le Modern Express par hélicoptère et a rejoint la frégate anti-sous-marine Primauguet.
C'est à 11h45 qu'a débuté le remorquage en soi, dont l'objectf premier est d'éloigner le Modern Express de la terre,, puis ensuite de tenter de la stabiliser, avec des ballasts, avant que de lui trouver un port refuge.


Les efforts de traction restant très importants, la remorque peut casser. Dans ce cas, il faudra tenter une nouvelle prise de remorque.

Plein succès pour le remorquage de la dernière chance du Modern Express, parvenu si proche des côtes landaises qu'un échec aurait débouché sur son échouage.

En début de matinée, 4 sauveteurs de la société néerlandaise Smit Salvage avaient été hélitreuillés à bord du Modern Express, dans des conditions de mer nettement plus calmes que la veille, qui laissaient à penser que le remorquage serait enfin possible.

Après avoir passé un filin d'amorçage qui cette fois-ci ne s'est pas rompu, la remorque a pu être passée entre les deux navires et après l'évacuation des 4 sauveteurs, le remorquage du cargo a pu débuter à 11h45 à une vitese de 3 noeuds.

Dans un premier temps, la priorité est d'éloigner le navire de la côte pour éviter son échouage, puis ensuite de tenter de le redresser par ballastage, opération qui ne sera pas simple, avant de diriger le Modern Express vers un port de refuge qui pourrait être Bilbao.

L'opération de remorquage actuelle, si elle a réussi ce matin, est soumise aux aléas de la météo et des fortunes de mer, une remorque pouvant se rompre, du fait des mouvements de houle et de ceux du cargo qui affiche tuojurs une gîte de 50°.

=> autres articles Roulier Modern Express

Les efforts de traction restant très importants, la remorque peut casser. Dans ce cas, il faudra tenter une nouvelle prise de remorque.Le cargo roulier Modern Express s’éloigne actuellement de la côte, remorqué par le « Centaurus ». Le convoi fait route à 3 nds (env 5 km/h).  Après avoir passé la remorque, l’équipe de la société SMIT Salvage a quitté le Modern Express par hélicoptère et a rejoint la frégate anti-sous-marine Primauguet.
C'est à 11h45 qu'a débuté le remorquage en soi, dont l'objectf premier est d'éloigner le Modern Express de la terre,, puis ensuite de tenter de la stabiliser, avec des ballasts, avant que de lui trouver un port refuge.


Les efforts de traction restant très importants, la remorque peut casser. Dans ce cas, il faudra tenter une nouvelle prise de remorque.
Modern Express - succès du remorquage de la dernière chanceModern Express - succès du remorquage de la dernière chance

Partager cet article

Commenter cet article

Gps DB 01/02/2016 21:24

Espérant qu'il arrivera à "bon port". A chaque chose malheur est bon, maintenant ce sont les commandants en personne qui sont tenus à vérifier le compartimentage et la solidité des élingues, au lieu du lieutenant ou meme ( déjà vu) du cadet de pont !

Pat 02/02/2016 13:49

@Gps DB, Selon moi et par expérience, La vérification du saisissage incombe plutôt au second Capitaine avec Le Maître d'équipage (le Bosco) et ses matelots.
Quant au cadet de pont, que vous évoquez... Jamais entendu ça !