ActuNautique.com

Nicolas Lunven et Gildas Mahé seconds de la Transat AG2R La Mondiale sur Generali

Nicolas Lunven et Gildas Mahé à bord de Generali ont franchi en seconde position la ligne d’arrivée de la 13e édition de la Transat AG2R La Mondiale à 14 h 18 min 57 s (heure française) à Gustavia, Saint-Barthélemy. 

Generali second de la Transat AG2R La Mondiale 2016 - photo A. Courcoux

Generali second de la Transat AG2R La Mondiale 2016 - photo A. Courcoux

Leur temps de course s'établit à 22 jours, 1 heure, 10 minutres et 57 secondes, leur vitesse moyenne sur le parcours théorique de 3 890 milles depuis Concarneau a 7,35 nœuds et leur vitesse moyenne sur leur parcours réel de 4 918 millesn à 9,29 nœuds !

Détail piquant, ils terminent à 4 minutes et 4 secondes des deux premiers, à savoir Thierry Chabagny et Erwan Tabarly sur Gedimat.

Nicolas et Gildas faisaient partie des favoris « outsiders » de cette 13e édition de La Transat AG2R LA MONDIALE. Après trois ans d’absence sur le circuit Figaro Bénéteau, Nico, le skipper de Generali, fort d’une victoire en 2009 sur la Solitaire du Figaro, avait donc fait appel pour cette transat en double à armes égales, à Gildas Mahé, figariste de talent, capable de jouer parmi les meilleurs. Leur début de course démontre un gros potentiel et une belle énergie. Le binôme n’a aucune pression et prend la tête de la flotte dès le 5 avril : ce sont eux qui se sortent le mieux du golfe de Gascogne. Mais les conditions très musclées au large des côtes portugaises sous spi les freinent dans leur élan. Ils perdent le leadership de la course après avoir affalé quelques heures leur spi et du coup prennent un peu de retard.

Nicolas Luven et Gildas Mahé se battent comme des diables pour rester dans le tableau arrière des leaders. S’en suivra un mano a mano avec Bretagne – CMB Performance qu’ils croiseront au beau milieu de l’Atlantique, comme s’il régataient en baie de Quiberon. Tantôt faisant leur propre stratégie, tantôt contrôlant et marquant l’adversaire, les deux skippers font preuve d’une incroyable ténacité. Sur les derniers milles en approche de Saint-Barthélemy, durant l’ultime nuit dans des vents absents, ils s’écartent de Gedimat et d’Agir Recouvrement bien décidés à continuer à jouer leurs cartes sans s’occuper des adversaires.

Une tactique payante qui leur permet de reprendre la place de dauphin derrière Thierry Chabagny et Erwan Tabarly sur Gedimat jusqu’à la ligne d’arrivée devant le port de Gustavia.

Partager cet article

Commenter cet article