ActuNautique.com

Transat AG2R La Mondiale - ça diverge au Cap-Vert

Le passage au Cap Vert est l'occasion pour la flotte des Figaro Bénéteau II de s'éclater, pour le passage des 10 iles et 8 îlots volcaniques de l'archipel.

Transat AG2R La Mondiale - ça diverge au Cap-Vert

Après le Golfe de Gascogne et les Canaries, l’archipel du cap Vert est le théâtre d’un nouvel épisode important de cette 13ème transat AG2R LA MONDIALE… Le passage dans ce labyrinthe de 10 îles et 8 îlots volcaniques va conditionner le positionnement des protagonistes pour la suite du parcours vers Saint-Barth. Plus ou moins sud. Ce matin, la partie de cache-cache dans les îles a commencé.

Pas si droit finalement le chemin vers le Cabo Verde. Dès hier soir, les équipages ont concédé quelques empannages pour optimiser leur route. Ce matin, l’île de Santa Maria faisait office de séparateur de trafic. Les deux inséparables, Gedimat (en tête) et Agir Recouvrement (2e) se sont engouffrés au nord de l’île, tandis que leurs plus fidèles poursuivants Bretagne-CMB Performance et Generali se frayaient un passage au vent de Boa Vista, 35 milles plus au sud. Joint ce matin à la vacation, Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) indiquait clairement leur intention d’enfoncer le clou vers le sud.

80 milles plus au nord, Gildas Morvan et Alexis Loison (Cercle Vert) pourraient choisir, à l’inverse, de poursuivre leur route sans croiser un seul caillou. Ce choix demande mure réflexion car le positionnement des bateaux aujourd’hui sera déterminant pour la suite du parcours vers les Antilles. Une fois son placement adopté dans le vent stable des alizés, il sera quasiment impossible de changer de stratégie.

Ce 10e jour de course va donc être rythmé par le passage des tandems dans les îles. Et au-delà du grand jeu des options, il y aura des pertes et des gains dans les dévents et les couloirs d’accélération créés par la présence des terres.

Partager cet article

Commenter cet article