ActuNautique.com

La Marine Nationale engage des moyens dans la recherche de l'Airbus A320 d'EgyptAir

Alors que la Marine égyptienne a annoncé avoir retrouvé les premiers débris du Paris-Le Caire aujourd'hui, la Marine française a annoncé sa participation aux recherches.

le Patrouilleur de haute mer (PHM) Enseigne de vaisseau Jacoubet (F794)

le Patrouilleur de haute mer (PHM) Enseigne de vaisseau Jacoubet (F794)

Après une première mission réalisée le mercredi 19 mai 2016 par un Falcon 50M appartenant à la flottille 24F, un Atlantique 2 (ATL2) a décollé de la base d’aéronautique navale de Hyères, dans la matinée du vendredi 20 mai 2016, afin d'apporter son concours aux recherches de l'avion d'Egyptair disparu en Méditerranée. La grande polyvalence d’emploi de l’ATL2 en fait un outil militaire particulièrement adaptable aux besoins opérationnels, mais également un acteur efficace de l’Action de l’Etat en Mer (AEM), y compris pour des missions de secours maritime.

Très souple d’emploi, l’ATL2 a rapidement été réorienté vers une nouvelle zone, par le centre de coordination, de recherches et de sauvetage en mer (Joint Rescue Coordination Center ou JRCC) égyptien.

En parallèle à ces moyens aériens, le Patrouilleur de haute mer (PHM) Enseigne de vaisseau Jacoubet (F794) a appareillé aujourd'hui du port militaire de Toulon, pour se rendre sur zone.

Il embarque à son bord du matériel dédié aux recherches sous-marines de l’épave, ainsi que des personnels spécialisés dans ce type d’intervention : un médecin, en renfort de l’infirmier du PHM, deux officiers de police judiciaire de la gendarmerie maritime et de la gendarmerie de l’air, ainsi que deux marins de la cellule d’expertise de la plongée humaine et de l’intervention sous la mer (CEPHISMER).

L'Etat major de la Royale précise en outre qu'en fonction des besoins exprimés par les autorités égyptiennes, d'autres moyens de la Marine nationale pourraient être envisagés.

Admis en service le 23 octobre 1982, le  patrouilleur de haute-mer Enseigne de vaisseau Jacoubet mesure 80.50m de long, pour 10.30m de large et 1410 tonnes à pleine charge.

La vocation initiale de ce type de bâtiment était la lutte anti-sous-marine dans les eaux côtières. Leur mission a depuis lors beaucoup changé, intégrant le soutien aux forces sous-marines stratégiques, la surveillance des approches maritimes, e service public (sauvetage, police des mers) cet la surveillance maritime outre-mer.

Partager cet article

Commenter cet article