ActuNautique.com

Tombé de son voilier, un retraité nage 7 heures avant de s'échouer sur une plage

David Thompson, un retraité du Michigan, est un miraculé, qui vient de gagner la cote de Porto Rico à la nage, après être tombé de son voilier... 7 heures plus tôt.

photo : Donna Thompson

photo : Donna Thompson

On ne le dira jamais assez mais les consignes de sécurité en navigation en solitaire doivent plus que toutes être respectées, et notamment l'utilisation d'un harnais relié à une ligne de vie, car tomber de son bateau n'est pas quelque chose qui n'arrive qu'aux autres, comme le démontre la mésaventure survenue à David Thompson, un retraité américain de 68 ans.

Habitué à naviguer en couple depuis des années, il décide de remonter son voilier seul, de Saint Martin vers la Floride, en l'absence de son épouse, repartie vers les Etats-Unis en avion.

Une navigation qui n'a rien de bien difficile à priori, pour ce navigateur aguerri, propriétaire d'un voilier de 49 pieds, l'Enthalpy II.

Dans la nuit du 13 mars, les conditions météo ne sont pas exceptionnelles, avec un vent de 20 noeuds et des creux marqués, quand une déferlante balaye le pont arrière du bateau et pousse le malheureux à l'eau, arrachant son gilet de sauvetage et la plupart de ses vêtements.

Simplement vêtu d'une chemise, ballotté par les flots, le malheureux voit son voilier s'éloigner inexorablement de lui.

L'énergie du désespoir le saisit, tout comme une féroce envie de vivre, dira t-il plus tard à ses sauveteurs, et il se met alors à alterner des sessions de natation et de dérive, vers la terre.

Après 7 heures d'efforts, David Thompson s'échoue sur la plage de Montones de Porto Rico, épuisé, avant de gagner en titubant le complexe hôtelier de Villas del Mar Hau, non loin de la ville d'Isabela, et d'être évacué vers l'hôpital.

Entre-temps, son voilier a été retrouvé vide par les gardes côtes américains, qui ont alerté son épouse, la plongeant dans une angoisse folle, angoisse que ne viendra éteindre que l'appel de son mari !

Un histoire qui finit heureusement bien, mais qui souligne l'importance de s'assurer, sur le pont de son bateau, quand on navigue en solo...

Partager cet article

Commenter cet article