ActuNautique.com

Un serpent de mer refait surface dans la Seine, à Paris

Dans le cadre de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024, la maire de Paris, Anne Hidalgo souhaite que l'on puisse à cette date - lointaine ! - se baigner dans la Seine, rejouant une partition déjà utilisée par Jacques Chirac, en son temps...

Un serpent de mer refait surface dans la Seine, à Paris

En politique comme ailleurs, les promesses n'engagent que ceux qui les croient, selon un vieil adage cher à feu Charles Pasqua, et s'il faut donc savoir prendre un recul certain avec les déclarations des politiques, elles permettent toutefois de faire parler, voire dans certains cas de séduire, et pourquoi pas... le Comité International Olympique !

Alors que les Français profitaient de leur seul pont de 4 jours du mois de mai, Anne Hidalgo a fait parler d'elle en déclarant dans le colonnes du JDD qu'elle souhaitait profiter d'une éventuelle attribution en 2017 des JO de 2024 (!), afin de rendre à la Seine propre à la baignade, baignade qui y est interdite depuis un arrêté municipal de 1923 !

Seraient pris en considération, la Seine (dans sa traversée de Paris), et les canaux.

Dès 2017, la baignade sera de fait autorisée dans le bassin de La Villette et dans le cadre des JO de 2024, l'édile souhaiterait que l'épreuve de natation du triathlon (1,5 km) et les 10 km de nage en eau libre, se déroulent sur la Seine.

D'ici là, et même si la Seine n'a jamais été aussi "propre " depuis 40 ans, il n'en demeure pas moins que le travail ne manquerait pas pour rendre le fleuve aux baigneurs, tant il est vrai qu'il est largement contaminé, et notamment par des matières fécales. 

Des matières fécales qui ne viennent ni des bateaux de plaisance, ni des automoteurs, mais... des communes !!

Ainsi, la principale station d'épuration de la ville de Paris, située à Achères (70% des eaux usées de la région parisienne), rejette t-elle chaque jour près de 27 m3 de bactéries fécales, soit 19 tonnes, selon Claude Danglot, médecin, microbiologiste et ingénieur hydrologue interviewé par nos confrères d'Atlantico. Il est vrai que située en aval de la capitale, cette station ne serait sans doute pas concernée par ce plan "spécial JO",  qui s'intéresserait avant tout le bassin amont de la Seine...

En bref, tous les contribuables franciliens cotisant au Siaap (assainissement francilien) se verraient donc ponctionnés, pour pouvoir disposer de quelques zones de baignade... à Paris !!

Sachant que la Seine est par ailleurs un fleuve - étonnament - dédié au transport de marchandises et de passagers, voire un vecteur touristique (tourisme fluvial), l'édile ne précise pas si elle compte restreindre le trafic, pour ouvrir des baignades, ou finalement ne dédier que quelques points très limités à la baignade, ce qui serait médiatiquement moins vendeur...

En 1988, lors de sa 3e campagne électorale à la Mairie de Paris, Jacques Chirac avait promis de rendre la Seine propre à la baignade en 1993.

On sait ce qui est advenu de cette promesse...

Partager cet article

Commenter cet article

FF 08/05/2016 22:12

Et ils ont fait quoi les écolos depuis le temps qu'ils sont à la mairie de Paris sur ces 19 tonnes de merde ? Pouvait pas faire de la méthanisation, comme à Strasbourg ?