ActuNautique.com

Essai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et Harken

Avec l'AST (Assisted Sail Trim), le duo Jeanneau-Harken lance une vraie petite révolution dans le domaine de la voile, qui cible clairement les skippers professionnels et les propriétaires navigant en équipage réduit. Nous l'avons essayé en Baie de Cannes et avons été très positivement surpris.

Essai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et Harken
Essai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et Harken
Essai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et HarkenEssai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et HarkenEssai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et Harken

Loin du voilier automatique que certains voileux redoutent, l'AST se présente comme une assistance au pilotage qui peut rendre bien des services en navigation.

A la fin des années 80, le lancement du pilote automatique sur les voiliers avait été accueilli comme une hérésie. De nos jours, qui pourrait s'en passer ?

Cette réflexion, on ne peut que se la faire en posant le pied sur le pont du Sun Odyssey 519 équipé de l'AST ou Assisted Sail Trim développé par Jeanneau et Harken, tant la similitude paraît grande, entre ces deux innovations.

L'AST, une assistance, pas une automatisation de la voile

Avant d'aller plus loin, mettons les choses au point tout de suite pour tous les voileux redoutant l'automatisation à outrance : NON, l'AST ce n'est pas de la voile automatique, juste de l'as-sis-tan-ce ! L'AST ne fonctionne donc que si on le souhaite, il est déconnectable à souhait, et sa sensibilité est réglable selon 5 niveaux différents ! 

Le réglage des voiles étant le grand plaisir de tous, l'AST n'a pas vocation à supprimer ce plaisir, juste à assister le skipper en cas de besoin... Si on devait ainsi comparer l'AST à une technologie automobile, il serait plus comparable à un régulateur de vitesse qu'à une Google Car !

1 AST, 4 types d'assistance en navigation

L'une des fonctionnalités de l'AST lui permet de piloter l'ensemble des winches du bateau, depuis un écran situé au poste de barre. 

L'AST permet ainsi de lever la grand voile ou dérouler le génois après avoir pris soin d'engager les bons bouts sur les bons winchs ! Autant dire que sortir du port et lever la grand voile en un clin d'oeil surprend... et se révèle bien pratique ! Le rêve pour le skipper seul à bord...

Autre assistance, l'AUTO TRIM, ou réglage automatique des voiles, part d'un réglage initial opéré par le skipper, à l'ancienne, et rentré dans la centrale de commande. L'AST fonctionne avec le vent apparent. Une fois en navigation, la mise en marche de cette fonctionnalité permet d'adapter automatiquement les voiles au nouveau cap, selon que l'on remonte ou que l'on descend au vent ! Dans le cas ou le bateau est sur le même cap mais que le vent change, les voiles vont s'ajuster toutes seules au nouvel angle de vent.

Avec l'AUTO TACK, le virement de bord automatique, il suffit de tourner la barre en remontant le vent ! Le génois change de bord sans avoir à choquer et border, les deux winchs de voile d'avant faisant le travail, en réglant la voile d'avant de la même sorte qu'auparavant. En bref, les avantages du foc autovireur, mais avec les avantages d'une voile à recouvrement...

Dernière assistance proposée par l'AST, le limiteur de gîte ou HEEL LIMITER. Le skipper définit l'angle de gîte qu'il ne souhaite pas dépasser. En cas de bourrasque ou de montée de la force du vent, l'AST va choquer la grand voile pour remettre le bateau dans ses lignes et bordera par la suite, quand la situation se sera stabilisée. Ce limiteur de gîte est un vrai gage de sécurité en navigation hauturière, sous pilote, quand on descend dans le carré se réchauffer un peu...

Nos impressions en navigation

Essayé en Baie de Cannes sur un Sun Odyssey 519, l'AST est véritablement bluffant. Entre les virements de bord ou le génois se comporte comme un foc autovireur, la grand voile qui se lève sans coup férir, et les réglages de GV en fonction de la route du bateau, la chose est étonnante !

On n'y croit pas au début, et puis vite, le système de révèle être un peu trop présent, trop intempestif : il s'avère finalement qu'il est réglé sur sa plus grande sensibilité. En la baissant d'au moins 2 niveaux (sur les 5 existant), on retrouve de la sérénité et du silence !! On se rassure aussi quant à l'état des batteries...

Nous n'avons pu tester le limiteur de gîte, mais si son fonctionnement est aussi efficace que pour les autres assistances, c'est assurément un plus indéniable en termes de sécurité.

Question mise en oeuvre, l'utilisation de l'écran de contrôle depuis le poste de barre, est assez simple et intuitive. Nous avons beaucoup apprécié les boutons situés de part et d'autre de l'écran, qui complètent bien l'écran très lumineux, et dont l'utilisation est  excellente en navigation (on sent bien ce que l'on fait, contrairement à un écran tactile...).

Les limites techniques de l'AST

La principale limite de l'AST est électrique, le système fonctionnant sur les batteries du bord. En comparaison avec un voilier équipé de winchs électriques, la différence de consommation serait assez faible, point que nous n'avons pu constater mais qui semble assez logique finalement. Par sécurité, le chantier dote cependant les bateaux équipés de l'AST d'une batterie supplémentaire et d'un système de gestion des batteries, pour bien en voir les niveaux, sachant que par mesure de sécurité, les réglages automatiques de l'AST s'arrêtent à 50% du niveau des batteries. 

Autre bridage du système voulu par le constructeur, sa déconnexion au dessus de 25 noeuds de vent, afin de rendre les plaisanciers plus attentifs dans de telles conditions. L'AST fonctionne donc entre 5 et 25 noeuds, pas plus, sachant que si l'on navigue par 20 noeuds de vent et qu'une rafale soudaine à 35 noeuds frappe le bateau, le Heel Limiter rentrera bien entendu en fonction. 

Attention aux mains !

Se mettant en marche tout seuls, sans crier gare, les winchs peuvent se révéler dangereux, notamment pour les enfants et passagers non aguerris à la voile. Il ne faut donc pas laisser trainer ses mains à leurs côtés, tant près de la descente, pour les voiles d'avant, qu'à côté du poste de barre, même si les boutons de sécurité des winchs ou celui du poste de barre, permettent de les stopper à tout moment.

Pour une pleine sécurité, cette technologie nous semble donc plus adaptée à des voiliers sur lesquels les 4 winchs sont situés au niveau des postes de barre, à l'allemande. 

L'AST, pour quels navigateurs ?

Au terme de notre essai, l'AST se présente clairement comme une technologie plutôt destinée à une unité de plus de 45 pieds, et adresse principalement deux types de navigateurs : les plaisanciers navigant en équipage réduit, on pense par exemple à un couple accueillant famille et amis à bord, ainsi que les skippers professionnels accompagnés d'un équipage manquant le plus souvent d'expérience.

Conclusion

Nous avons vraiment été séduits par l'AST, dont l'utilisation est relativement simple et intuitive, qui peut apporter un vrai plus à certains types d'utilisateurs. Cette technologie n'en est qu'à ses débuts, mais anticipe clairement le développement de nouvelles assistances qui si elles ne remplaceront jamais l'expérience et le plaisir de régler ses voiles, apportent un surcroît de confort et de sécurité, quand on peut en avoir besoin.

Essai bateau - nous avons testé le réglage assisté des voiles (AST) par Jeanneau et Harken

Partager cet article

Commenter cet article