ActuNautique.com

Solitaire Bompard Le Figaro - Xavier Macaire pète un plomb ; il est rétrogradé sur la 3° marche du podium de la 3e manche

A midi, Xavier Macaire a franchi la ligne d'arrivée en tête à La Rochelle. Il vient pourtant d'être retrogradé sur la 3e place du podium, après avoir "pété un plomb" !

photo - A Courcoux

photo - A Courcoux

Suite à la rupture du plomb du support de l'extincteur sur le bateau de Xavier Macaire, le jury lui  a en effet imposé une pénalité de 8 minutes sur son temps de course.

Arrivé premier à La Rochelle, il a accepté sa pénalité et s'est vu rétrogradé à la troisième place au classement de la troisième étape de La Solitaire Bompard Le Figaro, entre Paimpol et La Rochelle.

"2 mn par tranche de 100 milles de course pour un problème de plomb de ce type, c'est le tarif appliqué systématiquement" nous a expliqué George Priol, président du jury.

Charlie Dalin, skipper Macif, arrivé 2.33 minutes derrière Xavier Macaire, et Thierry Chabagny (Gedimat), arrivé troisième, sont donc logiquement propulsés sur les deux premières marches du podium.

A son arrivé à La Rochelle, Xavier Macaire sur Chemins d'Océan a déclaré sur ActuNautique : "Je suis vraiment content d’arriver premier à La Rochelle. Ce n’était pas gagné au début de l’étape, car je n’avais pas fait un excellent départ, je devais être 24e. C’est dans la traversée de la dorsale que j’ai réussi à me faufiler et me placer dans le paquet de tête. Ca s’est joué après avec Charlie Dalin, Yoann Richomme, Thierry Chabagny et Nicolas Lunven. On était un paquet de 5 bateaux en tête à BXA. Et sur le retour vers Oléron et vers La Rochelle, j’ai réussi à faire une belle trajectoire qui m’a permis de me placer devant. Pas trop de sommeil, beaucoup sur le bateau, beaucoup sur le pont, à régler en permanence. Depuis 36 h, j’ai du dormir deux fois 15 minutes, pour faire avancer le bateau, pour essayer de la gagner celle-là. C’est fait, je suis très content. Avant la dorsale ça a molli sur le plan d‘eau, les premiers partaient devant, les bateaux derrière se sont retrouvés 10 milles derrière moi. J’ai réussi à prendre un couloir de vent entre deux nuages, et j’ai réussi à recoller, et derrière aussi ça revenait. Ca a fait un effet accordéon. Puis, ça été une belle bagarre, une course de vitesse.

Ce bateau, je l’ai en main seulement depuis un mois et demi. J’ai eu du mal les deux premières étapes, je retrouve mes repères, j’étais particulièrement rapide sous spi au portant. Je me sentais très à l’aise, j’espère que ça va continuer pour la dernière étape".
C’est terrible La Solitaire, tu peux tout gagner ou tout perdre en une seconde. Chacun son tour, il faut savoir exploiter au mieux ce que le vent nous donne. Je voyais les bordures de la risée, et je regardais aussi l’AIS pour voir la vitesse des concurrents, et donc choisir ma trajectoire.

Partager cet article

Commenter cet article