ActuNautique.com

Le Jeanneau Sun Fast 3200 R2 ramène la Commodores' Cup en France après 10 ans d'absence !

Après 10 ans d'absence, la Commodores' Cup est revenue en France. Un retour rendu possible par la très belle victoire de l'équipe Team France Blue composée de 3 bateaux, en particulier du Jeanneau 3200 Sun Fast R2 de Daniel Andrieu.

 

Photo victoire : Rorc Paul Wyeth - Daniel Andrieu et Eric Stromberg, responsable du Pôle Voile du chantier Jeanneau : photo : N. Venance
Photo victoire : Rorc Paul Wyeth - Daniel Andrieu et Eric Stromberg, responsable du Pôle Voile du chantier Jeanneau : photo : N. Venance

Photo victoire : Rorc Paul Wyeth - Daniel Andrieu et Eric Stromberg, responsable du Pôle Voile du chantier Jeanneau : photo : N. Venance

A l'occasion du Grand Pavois 2016, ActuNautique a rencontré Daniel Andrieu, architecte du Jeanneau Sun Fast 3200 R2 et propriétaire de celui qui a participé à la Commodores' Cup 2016, pour nous parler de ce bateau, et de sa belle victoire dans l'édition 2016 de cette course mythique.

Daniel Andrieu, cette année est une année faste pour la gamme Sun Fast que vous signez pour Jeanneau, avec le lancement d'un gros upgrade du Sun Fast 3200, le Sun Fast 3200 R2, et une belle victoire de ce bateau justement, dans la Comodores' Cup ! Pouvez-vous tout d'abord nous présenter le Sun Fast 3200 R2 ?

Daniel Andrieu - Il y a 8 ans, en lançant le Jeanneau Sun Fast 3200, nous étions véritablement des défricheurs, car il n'existait pas alors de bateau de ce type, orienté vers le double, permettant de traverser l'Atlantique dans la sécurité absolue ! Le Sun Fast 3200 se caractérisait par sa grande stabilité et sa grande raideur à la toile. La contrepartie à cette sécurité et au fait d'être une "mobylette" pour traverser l'Atlantique en double, était qu'en dessous de 10 noeuds de vent, il n'était pas un foudre de guerre. 

Alors justement, qu'avez-vous fait sur le Sun Fast 3200 R2, pour corriger cela ?

Daniel Andrieu - Ce que nous avons fait, c'est d'opter pour un mât carbone un peu plus haut, plus léger, plus toilé, et ce choix nous ayant permis de gagner en stabilité, nous avons mis une quille qui en a moins, allégeant le bateau ! La quille est plus performante, et on rentre dans une spirale de la performance ! Le bateau va plus vite dans le petit temps, est plus raide à la toile, mais il est bien évidemment, un peu plus cher ! Il y a 8 ans, notre impératif était de faire une sorte de 2cv de la mer dans le domaine de la course croisière, un bateau très économique. Avec cette version R2, le bateau est devenu extrêmement complet, sur tout le range, dans le petit temps, le medium ou la brise, quelles que soient les allures. 

Autre changement, la tableau arrière...

Daniel Andrieu - Il y a 8 ans, nous avions commencé par dessiner un bateau ouvert sur la mer, mais Jeanneau redoutait d'envoyer des gens au travers de l'Atlantique sur un bateau à tableau arrière ouvert. Nous avons donc fermé le bateau tel qu'il a alors été lancé, et le fait que le tableau arrière soit fermé prenait un peu d'espace, mais ce n'était finalement pas grave en navigation en double. Avec le temps, il n'y avait pas de raison de ne pas faire progresser le bateau, alors quand nous avons commencé à plancher sur le Sun Fast 3200 R2 l'an dernier, nous avons proposé une solution permettant sans découpage, de proposer une version ouverte, à l'aide d'un kit ! Le R2 est désormais ouvert derrière, comme la plupart des bateaux de sa génération !

Parmi les premiers faits d'arme du Sun Fast 3200 R2, le retour de la Commodores' Cup en France, qui était dans des mains angloises depuis... 10 ans !

Daniel Andrieu - Nous avons profité du Brexit pour la récupérer ! La Commodores' Cup est une course par équipe de 3 bateaux, un gros, un moyen et un petit. Avec le Sun Fast 3200 R2, nous étions le petit bateau du team France Blue ! Nous étions 7 à bord. Les parcours de la Commodores' Cup sont très complets, avec des parcours banane, des parcours côtiers, le tour de l'ïle de Wight, une course de nuit... Dans la Commodores' Cup, ne peut être performant qu'un bateau dit "all arounder", qui marche tout temps et toutes allures, ce qui est la particularité du Sun Fast 3200 R2. In fine, nous avons été les plus performants du Team France Blue, les deux autres bateaux ayant aussi été excellents, nous sommes donc très fiers d'avoir ramené la Commodores' Cup en France... avec un bateau de série ! 

 

La  Brewin Dolphin Commodores' Cup
 

Comme l'était autrefois l'Admirals' Cup, la Brewin Dolphin Commodores' Cup est de nos jours l'épreuve phare du Royal Ocean Racing Club en équipage (de trois bateaux). 
Cette compétiton, initiée en 1992 et dédiée aux régatiers amateurs, est organisée tous les deux ans. Cet était d'esprit amateur perdure aujourd'hui même s'il est désormais autorisé d'embarquer jusqu'à six coureurs "professionnels" du World am FSailing Groupe au sein de chaque équipe.
L'épreuve n'en est pas moins une régate exceptionnelle, disputée dans les eaux très tactiques du Solent et de la Manche, proposant un éventail particulièrement riche de formats de course : bananes, côtiers, course de nuit au large, tour de l'ile de Wight. 
Fait extrêmement rare aujourd'hui dans le calendrier des courses IRC, l'événement se déroule sur une semaine entière. Pour l'emporter, l'équipe doit être soudée dans l'effort : pas de victoire sans que chacun des trois équipages ne soit performant.
Le RORC est l'équivalent de l'Union Nationale de la Course au Large avec lequel ils cogèrent les règles de l'IRC. L'Angleterre et la France ont toujours été les plus largement représentées sur la Brewin Dolphin Commodores' Cup. Lors des dernières éditions, l'Irlande et l'Angleterre s'étaient partagé les victoires, mais, cette année, la France avait de loin la plus forte des délégations.
Sur les huit équipes engagées cette année, trois d'entre elles étaient françaises (neuf équipages au total), alors que l'Angleterre ne comptait que deux équipes. Israël, dont l'objectif est de développer les courses IRC dans ses eaux, avait affrété trois bateaux anglais. Leurs équipages étaient composés pour moitié de Britanniques et d'Israéliens. Le gratin de la voile olympique israélienne était au rendez-vous : de bon augure pour le développement de l'IRC en Israël.
Fait notable de cette édition 2016, le retour en France de la Commodores' Cup, 10 ans après la dernière victoire d'une équipe tricolore, alors menée par Gery Trenteseaux. France Blue, composée de l'A13 Teasing Machine d'Éric de Turkheim, du Ker39 GOA de Samuel Prietz et du Sun Fast 3200 R2 Cifraline 4 de Daniel Andrieu, a remporté la Brewin Dolphin Commodores' Cup.

Partager cet article

Commenter cet article