ActuNautique.com

Le chantier britannique Princess Yachts International annonce de grosses pertes

C'est une fois les principaux salons d'automne passés (Yachting Festival, Genoa Boat Show et Monaco Yacht Show), que le chantier britannique Princess Yachts International, basé à Plymouth, et spécialisé dans la construction de yachts et superyachts, a décidé d'annoncer ces mauvais chiffres.

Le chantier britannique Princess Yachts International annonce de grosses pertes

Il est un adage paysan qui édicte que c'est à la fin de la foire, que l'on compte les bouses...

Pour le chantier naval britannique Princess Yachts International (PYI), spécialiste des bateaux de luxe, la fin des principaux salons d'automne dédiés au yachting, est l'occasion de compter les profits, et cette année 2016 semble bien morose, placée une nouvelle fois sous les auspices de lourdes pertes !

Au 31 décembre 2015, le chantier britannique indique avoir en effet réalisé un chiffre d'affaires de 201.23 millions de livres sterling, soit 223 millions d'euros, pour une perte avant taxation de 20.25 millions (22.4 millions d'euros), soit une perte équivalent à près de 10% de son chiffre d'affaires !

Pour la direction du chantier, ces mauvais résultats s'expliquent par des éléments non récurrents associant des pertes dues à des problèmes climatiques, l'arrêt de production de certains modèles très rentables, et un taux de change défavorable.

En parallèle, le chantier annonce avoir lancé un plan d'investissement triennal de 55 millions d'euros, dont 14 auraient déjà été engagés, dont la première matérialisation est le lancement de  6 nouveaux modèles, dont un modèle doté d'une motorisation à pod, une première que le chantier s'était toujours réfusé à lancer depuis des années !

Analyse - l'arrivée d'un nouveau patron issu de chez McLaren suffira t-elle à insuffler une dynamique pérenne au chantier britannique ? Quasiment absent des Etats-Unis, durement concurrencé par le français Prestige Yachts, Princess tente de se relancer par une montée en gamme assez habile. Une stratégie très consommatrice de cash, mais qui semble trouver un écho positif, puisque le chantier affirme avoir atteint un niveau de ventes équivalent à 2007, à l'issue des salons d'automne 2016.

=> autres articles sur Princess

Partager cet article

Commenter cet article