ActuNautique.com

Vendée Globe - La flotte des Imoca 60 désormais au complet, aux Sables d'Olonne (85)

Depuis l'ouverture du Village du Vendée Globe le 15 octobre dernier, seuls 28 des bateaux engagés étaient amarrés au ponton de Port-Olona.

Vendée Globe - La flotte des Imoca 60 désormais au complet, aux Sables d'Olonne (85)

Jusqu'à présent, seul manquait à l'appel le TechnoFirst-faceOcean de Sébastien Destremau, engagé dans une course contre la montre suite à un démâtage survenu le 31 août dernier.

Avec l'arrivée à 10h hier lundi matin de cet Imoca 60, tous les monocoques qui s'élanceront le 6 novembre prochain sont désormais présents aux Sables d'Olonne.

Sébastien Destremau peut désormais souffler, son TechnoFirst-faceOcean est enfin à quai aux Sables d'Olonne, ce qui était loin d'être gagné il y a encore quelques semaines. En démâtant deux mois seulement avant le départ du Vendée Globe lors d'un test de jauge, Destremau a subi un sévère contretemps. Mais il ne s'est pas démobilisé, a toujours cru en ses chances de prendre le départ. Les faits lui donnent aujourd'hui raison.

Le skipper s'est échappé quelques jours en Australie, laissant à son frère Jean-Guillem le soin de convoyer le 60 pieds jusqu'aux Sables-d'Olonne. Parti tardivement de sa base toulonnaise, l'équipage a mis deux semaines pour rejoindre le ponton du Vendée Globe.

« Sébastien Destremau avait une dérogation jusqu'à 23 heures ce lundi soir pour arriver. Il est donc dans les temps », souligne Jacques Caraës, le Directeur de Course du Vendée  Globe sur ActuNautique. « Je suis très content de voir le bateau à bon port à l'issue d'un convoyage qui n'a pas été de tout repos. L'équipage a subi des vents très forts dans le Gascogne ce qui est plutôt une bonne chose car le nouveau mât avait besoin de prouver sa résistance. »

Si les 29 voiliers du 8e Vendée Globe sont toutes là, les skippers profitent pour la plupart de quelques jours sans obligations officielles pour se ressourcer, prendre un peu de recul ou profiter de la famille, avant d'entamer une dernière semaine de folie médiatique aux Sables d'Olonne, suivie par trois mois de solitude autour du monde…

Partager cet article

Commenter cet article