ActuNautique.com

Voile - après la faillite de son importateur norvégien, Bavaria réagit

En juin dernier, la société Lunde Båt, importateur historique de Bavaria en Norvège, déposait le bilan, après avoir accumulé 8 millions de couronnes de pertes. Le chantier allemand vient de trouver une solution, en confiant la vente de ses voiliers à son importateur local spécialisé dans les bateaux à moteur.

Voile - après la faillite de son importateur norvégien, Bavaria réagit

Les temps sont durs pour le chantier allemand Bavaria, dans la voile, et donc pour ses distributeurs.

En Norvège, la société Lunde Båt, importateur historique du chantier en a fait les frais, en fermant ses portes en juin dernier, après avoir perdu 8 millions de couronnes entre 2010 et 2014, pendant que son chiffre d'affaires fondait de 50%, passant de 82 millions à 45 !

Société reconnue et respectée en Norvège, Lunde Båt, qui vendit jusqu'à 200 voiliers Bavaria par an, n'a en fait pas survécu à la concurrence de leaders du marché comme Bénéteau et Jeanneau, et au duo Hanse-Dehler, en proie à une gamme vieillissante qui vient d'ailleurs de pousser Bavaria à changer d'architecte, mais aussi selon la société qui le précisait dans un communiqué, à une offre peu adaptée aux besoins du marché norvégien et à des hausses tarifaires malvenues du fait de la concurrence.

Confrontée à la perte d'un distributeur stratégique, Bavaria a réagi en confiant la commercialisation de sa gamme de voiliers à la société Bavaria Motorbåt Norge AS, qui y distribue ses bateaux à moteur depuis 15 ans.

A l'occasion de ce changement de périmètre et afin d'éviter de froisser toute susceptibilité, le nom de la société vient de changer pour Bavaria Båt Norge AS.

Une dénomination à même de rassurer les voileux !  

Analyse - Numéro 2 mondial de la voile (en volume) derrière le groupe Bénéteau (Bénéteau, Jeanneau et CNB), le chantier Bavaria a assis sa position sur une stratégie de commercialisation très forte auprès des loueurs, notamment ceux possédant des flottes de moins de 100 unités. Pénalisé par une gamme vieillissante, le chantier a réagi en changeant d'architecte, une décision annoncée à Cannes. Une décision toutefois récente, qui ne parviendra pas à faciliter la tâche de ses distributeurs, sa récente stratégie de montée en gamme - opérée lors de relookage de ses modèles actuels - s'étant confrontée à la forte concurrence présente sur le marché.

Partager cet article

Commenter cet article