ActuNautique.com

Voiliers de grand voyage - un nouveau capitaine à la barre du chantier Alubat (85)

En juin dernier, le chantier Alubat, l'un des spécialistes les plus reconnus du marché des voiliers de grand voyage en aluminium, a changé de directeur général, avec la nomination à ce poste de Christian Picard, annonçant le début d'une nouvelle ère pour la société vendéenne, basée aux Sables d'Olonne.

Voiliers de grand voyage - un nouveau capitaine à la barre du chantier Alubat (85)
Voiliers de grand voyage - un nouveau capitaine à la barre du chantier Alubat (85)
Voiliers de grand voyage - un nouveau capitaine à la barre du chantier Alubat (85)
Voiliers de grand voyage - un nouveau capitaine à la barre du chantier Alubat (85)

Christian Picard est bien connu dans l'univers du nautisme, comme dirigeant la société AYC, l'un des spécialistes du brokerage de bateaux de grand voyage.  Sa nomination à la tête du chantier Alubat confirme les ambitions des actionnaires du chantier, sur le marché des voiliers de grand voyage en aluminium. Actunautique l'a rencontré, à l'occasion du Grand Pavois.

Christian Picard, vous êtes désormais à la tête du chantier Alubat, après avoir dirigé AYC. Pourquoi un tel changement de cap, et pourquoi avoir voulu relever le défi de la gestion d'un chantier ?

Christian Picard - Pour tout vous dire, un représentant des actionnaires d'Alubat est venu me trouver à la fin du mois de juin, étant bien connu dans le milieu comme étant un passionné des bateaux de voyage, segment sur lequel ma société de courtage est spécialisée. Depuis 3 ans, Alubat avait du mal à redémarrer. Il avait subi la crise de 2008, s'était retrouvé en cessation de paiement, et avait été repris par un pool d'industriels vendéens. Parmi ces industriels, plusieurs d'entre eux étaient des clients d'AYC ; le courant est donc très vite passé entre nous. Mon arrivée dans la société a donc signifié le départ de Philippe Aupinel, qui avait racheté le chantier il y a 10 ans.

Quel élan voulez-vous donner à Alubat ?

Christian Picard - Je veux avant tout faire du commerce, remettre en avant une marque qui est très connue et très appréciée. Parmi mes orientations aussi, la création d'un club de navigateurs, un Club Ovni, puisqu'il faut savoir qu'il y a près de 1500 Ovni qui naviguent sur toutes les mers du globe ! Leurs propriétaires se sentaient un peu délaissés, alors que la marque est historique, et est à la base même du marché des voiliers aluminium de grand voyage.

Sur quels points précis de la marque allez-vous mettre l'accent ?

Christian Picard - Nous allons mettre en avant le fait que nos voiliers sont des bateaux de voyage classiques, tout aluminium, fabriqués à la main, personnalisés. L'ADN d'un Alubat, c'est une construction réalisée aux Sables d'Olonne, avec des composants fabriqués sur place. Ce ne sont pas des kits que l'on assemble, mais des constructions à l'unité, durables. Un Alubat, ce sont des compagnons qui fabriquent la menuiserie et l'ébénisterie... Nos bateaux sont des dériveurs intégraux qui permettent de s'échouer, de remonter des rivières, en dehors de la gamme Cigale de quillards. La nouvelle génération d'Alubat est en outre signée Marc Lombard, et se distingue par un design moderne et intemporel. Un Alubat, c'est un peu la résidence secondaire de retraités souhaitant passer une partie de l'année à naviguer, à l'autre bout du monde.

Christian Picard, vous avez pris vos fonctions depuis 3 mois. Qu'est-ce qui a changé depuis lors chez Alubat ?

Christian Picard - L'ambiance a changé vers plus de dynamisme, une plus grande valorisation de chacun, en interne. Nous avons beaucup travaillé sur la démarche commerciale aussi. Alubat est une entreprise qui a très bien vécu, qui avait toujours un carnet de commandes de 2 ans, qui ne faisait pas beaucoup d'efforts pour attirer les clients, et qui a vu le marché se refermer sur elle comme un piège. C'est à nous de savoir séduire !

Que représente Alubat actuellement ?

Christian Picard - Dans ses belles années, le chantier sortait 65 bateaux par an, avec 110 salariés. Aujourd'hui, Alubat construit 10 bateaux, avec 26 salariés, et présente une situation financière très saine, avec un actionnariat industriel de long terme. Rapidement, nous nous devons de faire au moins un bateau par mois !

Quelle est la gamme qui se vend le mieux chez Alubat ?

Christian Picard - C'est clairement notre gamme historique, le 4x4 de la voile, la gamme Ovni, qui démarre à 36 pieds, soit 11m, pour finir à 52 pieds, avec l'Ovni 52 Evolution, présenté l'an dernier au Grand Pavois, et qui représente notre nouvelle génération de bateaux, plus larges et habitables. 

=> autres articles sur Alubat

Partager cet article

Commenter cet article