ActuNautique.com

Vendée Globe - La Fusée Thomson ne devra pas tourner autour du pot

Le passage des îles du Cap-Vert a redistribué les cartes en tête de la flotte et Alex Thomson a confirmé son ascendant en prenant le commandement après avoir traversé l'archipel dans la nuit.

Vendée Globe - La Fusée Thomson ne devra pas tourner autour du pot

Désormais la problématique est de trouver le bon point d'impact pour entrer dans le Pot-au-Noir.

Et si le Japonais Kojiro Shiraishi et Jean-Pierre Dick ont été légèrement ralentis par leurs avaries, pour Tanguy de Lamotte l'heure est au bilan et à la résolution de son problème de tête de mât cassé : il fait désormais route à petite allure vers Mindelo.

L'archipel du Cap-Vert a quelque peu bouleversé la donne en tête de course : en coupant lentre les îles de Santo Antão et Santo Vicente, Alex Thomson (Hugo Boss) a réalisé un superbe coup tactique car il n'a pas été vraiment ralenti par les reliefs volcaniques !

Et deci alors qu'Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII), Morgan Lagravière (Safran) et Paul Meilhat (SMA) ont dû effectuer un double empannage pour passer dans l'Ouest des îles.

Quant à Vincent Riou (PRB), il avait bien anticipé sa trajectoire pour déborder l'obstacle à une quarantaine de milles à l'Ouest, suivi comme son ombre par Jérémie Beyou (Maître CoQ) et accompagné encore plus au large par Sébastien Josse (Edmond de Rothschild). Les sept leaders sont encore très proches les uns des autres avec plus de cent milles de marge sur leur poursuivants direct, Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) qui a aussi dû effectuer un petit recadrage à l'Ouest.

Ne pas tourner autour du Pot

Désormais, l'objectif est d'aller vite dans des alizés qui commencent à faiblir progressivement puisque le dévent des îles n'est plus un problème. Le Britannique arrive à bien glisser pour réduire son écart latéral d'une trentaine de milles sur Vincent Riou et Armel Le Cléac'h qui naviguent à vue. Et en ce petit matin, le Gallois est toujours parmi les plus rapides tout en se replaçant devant ses concurrents : il navigue plus bas (cap 208°) quand ses poursuivants semblent obliger de lofer plus (cap 178°) ce qui est de bon augure pour la suite… Car il faut maintenant gagner dans l'Ouest pour rester dans la bonne veine de vent : dès le 10°N, les alizés vont décroître à une douzaine de nœuds en prenant heureusement une composante plus Est, mais à l'heure actuelle, il faudrait plutôt passer du côté du 29°W pour ne pas être trop ralenti dans le Pot-au-Noir.

Or ces deux degrés de longitude à grappiller au fil de la descente vers le Sud, ne sont pas aisés à prendre : il y a de la manœuvre dans l'air !

Et c'est probablement la phase la plus importante qui se joue entre ces leaders : le véritable Pot-au-Noir, cette Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) où les calmes alternent avec les grains, semble s'étendre entre le 5°N et le 2°N, soit sur environ 150 milles où la brise ne dépassera que rarement les 5 nœuds… Il y a donc approximativement 500 milles à parcourir dans un vent mollissant avant d'entrer dans le vif du sujet ! Les prémices du Pot sont donc attendus demain lundi en début d'après-midi pour les premiers. Or une entrée de jour est toujours un peu plus facile à négocier et quelques heures de décalage peuvent rapidement se transformer en plusieurs dizaines de milles de retard en plus.

Enfin au cœur du peloton, le Japonais Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh) a signalé la fin de l'une de ses voiles d'avant totalement explosée lors d'un départ au tas tandis que Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) a connu une avarie d'enrouleur : ils ne semblent pas trop handicapé pour l'instant avec des alizés encore soutenus entre Madère et le Cap-Vert.

Partager cet article

Commenter cet article