ActuNautique.com

11e abandon dans le Vendée Globe, tandis que le Cléac'h consolide en tête

Le dimanche 1er janvier à 9h30, heure de Paris, l'Irlandais Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland) a annoncé son démâtage à la Direction de Course. Dans le même temps, Armel le Cléac'h passait un cap symbolique important : 1 mois en tête de la course...

11e abandon dans le Vendée Globe, tandis que le Cléac'h consolide en tête

Positionné à environ 180 milles au Sud-Est de Dunedin, en Nouvelle-Zélande, Enda O'Coineen naviguait dans 35 nœuds de vent de Sud/Sud-Est quand son mât s'est cassé.

Le skipper, sain et sauf, a sécurisé son bateau et les morceaux cassés du gréement, avant de se diriger vers la Nouvelle-Zélande qui, dans la situation météorologique d'alors, se situait sous le vent de sa position, bénéficiant de suffisamment de gasoil pour arriver à bon port. 

Le Cléac'h : 1 mois en tête du Vendée Globe

A la fin du 57e jour de mer, Armel Le Cléac'h a bouclé 81% du parcours de ce huitième Vendée Globe. A 4600 milles de l'arrivée aux Sables d'Olonne, il enregistre un nouveau jalon symbolique : voilà désormais un mois jour pour jour que le skipper de Banque Populaire VIII occupe le fauteuil de leader.

Au large de Sao Polo, Le Cléac'h continue d'enchainer les virements pour progresser vers l'alizé d'Est, dont les prémices sont attendus dès demain pour lui, quand il touchera une petite dizaine de noeuds de vent de secteur Est. Ce sera le premier "ascenseur" pour faire route directe vers le Nord.

Son dauphin Alex Thomson, lui, entretient pour sa part le suspense : non content de stopper l'hémorragie de milles d'hier, il lui en a repris 14 pendant ces sept dernières heures, réduisant son retard de 182 milles à 22h hier à 168 milles à 5h ce matin. Le skipper d'Hugo Boss n'a pas dit son dernier mot, loin de là. Surtout que lorsqu'il touchera à son tour l'alizé d'Est, il pourra naviguer tribord amures donc s'appuyer sur son foil valide.

Tout va bien pour le quintette de tête

Tout va bien pour les quatre autres bateaux évoluant dans l'Atlantique : Jérémie Beyou (Maître CoQ) est toujours très solidement installé sur la 3e marche du podium virtuel, un peu plus de 720 milles devant le StMichel-Virbac de Jean-Pierre Dick. celui-ci a bien négocié une énième dépression et reprend de la vitesse, 400 milles dans le Nord-Est des Malouines et 150 milles plus Nord (75 milles en termes de distance au but) que le duo des inséparables Yann Eliès et Jean Le Cam.

A un peu moins de 1700 milles du leader, les skippers de Quéguiner-Leucémie Espoir et Finistère Mer Vent se livrent une bagarre de chiffonniers pour la 5e place, qui est aussi la première des bateaux "non foilers" à dérives droites. Léger avantage pour Yann Eliès ce matin (15 milles) mais Jean Le Cam vient d'empanner dans son sillage.

Ce duel-là aussi pourrait bien être serré jusqu'au bout. Même s'il doit monter assez Nord pour éviter une zone de vents faibles, le septième skipper attendu au cap Horn est Louis Burton (Bureau Vallée), d'ici 48 heures : il n'est plus qu'à 660 milles du célèbre caillou et poursuit son bonhomme de chemin, en septième position.

Partager cet article

Commenter cet article

miecko 06/01/2017 17:11

?

Hessstimi 03/01/2017 11:17

faut dire qu'ils ont l'habitude a force

Hessstimi 03/01/2017 11:16

les migrants nagent plus vite qu'eux ils sont vraiment mauvais

migrant 03/01/2017 11:15

paix à leur âme