ActuNautique.com

Titanic - et si la vraie cause du naufrage n'était pas que l'Iceberg ?

Un documentaire diffusé le 1er janvier sur la chaîne de télévision britannique Channel 4, met en avant les conséquences sur la structure du paquebot, d'un incendie survenu au niveau de sa chaufferie, juste avant sa croisière inaugurale. Un incendie dont l'armateur n'a jamais parlé...  

Le Titanic

Le Titanic

Le naufrage du Titanic survenu le 12 avril 1912, est assurément un sujet qui suscite toujours autant d'émotion, 105 après après sa survenance, aussi, l'enquête réalisée par le journaliste irlandais Senan Molony pour Channel 4 n'a t-elle pas fini de faire parler d'elle !

Car son enquête, fruit de près de 30 ans de recherche, bouleverse la donne, quant aux raisons véritables du naufrage du paquebot de luxe réputé insubmersible.

Jusqu'à présent, la cause mise en avant résidait dans la mauvaise qualité structurelle des rivets tenant les plaques de la coque (qui contenaient 9% de scories par rapport aux 2% admis), qui se seraient tout simplement brisés lors de l'impact du paquebot avec l'iceberg, une rupture amplifiée par les basses températures, provoquant une voie d'eau hors de proportion.

La raison jusqu'à présent admise était donc technique, une non-qualité en partie due aux techniques d'alors ou à une défaillance du sidérurgiste lors de la réalisation de son alliage.

Selon Senan Molony, cette défaillance des rivets viendrait plutôt d'un incendie survenu à l'endroit du choc, peu avant le départ de Southampton, au niveau de la chaufferie. Cet incendie, tenu secret par le chantier et l'armateur, aurait fragilisé la structure du bâtiment, favorisant l'éclatement de la coque lors de l'impact.

Cet incendie, le journaliste en aurait découvert l'existence et regardant un album photo jamais ouvert depuis l'accident, regroupant des photos du Titanic. En observant d'importantes traces de fumée et une déformation sur la partie tribord de la coque, Szenan Molony en a donc déduit qu'un incendie de chaufferie (au niveau des bunkers à charbon) avait eu lieu avant le départ su bateau, l'incitant à aller plus loin dans son enquête.

Selon des témoignages regroupés par le journaliste, les pompiers auraient éprouvé les plus grandes difficultés à circonscrire le sinistre et le personnel de bords aurait eu comme consigne de ne rien dire au 2500 passagers devant monter à bord. 

Et de préciser que selon des pompiers, le sinistre avait dû durer plusieurs semaines (!) pour engendrer une telle déformation de la coque - le navire a d'ailleurs accosté au port par babord... - fragilisant de facto la coque. 

Enième théorie du complot, ou nouvelle piste prometteuse ?

Toujours est-il que le Titanic n'a pas fini de faire parler du lui ! 

Partager cet article

Commenter cet article

gj 22/03/2017 13:52

nouvelle info titanic est vraiment perdu