ActuNautique.com

Vendée Globe - les deux leaders englués dans le pot au noir !

Ce dimanche s'annonce laborieux pour les deux leaders encore englués dans le Pot au Noir ! Si Armel Le Cléac'h semble apercevoir la sortie du tunnel, Alex Thomson voit pour sa part  l'horizon s'assombrir, mais cette remontée de l'Atlantique Nord est loin d'être clarifiée. Quant aux poursuivants, la route des alizés est dégagée et le Pacifique presque trop paisible…

Vendée Globe - les deux leaders englués dans le pot au noir !

Du fait des conditions météorologiques annoncées entre Les Sables d'Olonne et le Cap-Vert, il semble aujourd'hui difficile d'établir une Estimated Time Arrival ou ETA, la dépression canarienne étant pour le moins imprévisible : sur les derniers fichiers, elle tend en effet à se combler en glissant lentement vers les Antilles, ce qui provoque une rupture des alizés au milieu de l'Atlantique et génère un flux instable de Nord-Nord Est sur le Cap-Vert.

Ce dimanche matin, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) était encore à 700 milles dans Sud de l'archipel : après une nuit active pour s'extraire du Pot au Noir, le Léonard touche enfin un faible flux de Nord mais le ciel est encore très couvert et les grains nombreux à l'horizon. Et à 150 milles dans son Sud, c'est encore pire pour Alex Thomson (Hugo Boss), encerclé par les orages et poussé par une brise de Sud fort frivole…

Météo : une grande lessiveuse

En fait, l'Atlantique Nord est en pleine transformation car l'anticyclone des Açores ne trouve pas sa place à cause de cette dépression canarienne qui virevolte en s'étiolant en milieu de semaine pour mieux renaître le week-end prochain vers l'arc caraïbe ! Cette configuration va donc bénéficier à Jérémie Beyou (Maître CoQ) qui devrait franchir l'équateur d'ici deux jours avec un Pot au Noir quasiment inexistant et des alizés de l'hémisphère Nord plus consistants : le solitaire devrait donc logiquement réduire son retard lors de sa remontée de l'Atlantique. Certes pas suffisamment pour inquiéter les deux leaders, mais tout de même…

Et c'est aussi une bonne nouvelle pour le triumvirat qui est sorti de la dorsale anticyclonique de l'hémisphère Sud : les alizés d'Est de Sainte-Hélène sont au rendez-vous même s'ils manquent un peu de tonus. Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) sort gagnant de cette confrontation face à Yann Éliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent), mais s'il est plus en pointe, il est aussi plus à l'Ouest de 220 milles, ce qui implique un angle un peu moins favorable pour remonter vers l'équateur distant de 1 400 milles.

Le reste de la flotte réparti entre l'Argentine à la Tasmanie

Louis Burton peut souffler après 48 heures particulièrement musclées dans une dépression sud-américaine balayant l'Atlantique Sud avec plus de 45 nœuds ! Derrière le front, le Malouin va encore bénéficier d'un flux de Nord-Ouest mollissant progressivement à une douzaine de nœuds la nuit prochaine.

Le skipper de Bureau Vallée a tout de même grappiller 300 milles sur ces deux prédécesseurs depuis son passage du Horn… Un cap que Nándor Fa (Spirit of Hungary) va déborder la nuit prochaine dans un flux modéré de Nord-Ouest tournant à l'Ouest : de superbes conditions pour le Hongrois qui possède désormais plus de 800 milles de marge sur le duo Conrad Colman (Foresight Natural Energy) et Éric Bellion (CommeUnSeulHomme) dorénavant au coude à coude, ce qui annonce une belle confrontation jusqu'à la fin des mers du Sud en milieu de semaine.

Il faudra attendre le week-end prochain pour que le chapelet suivant soit en approche du détroit de Drake : Arnaud Boissières (La Mie Câline), Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut), Alan Roura (La Fabrique) et Rich Wilson (Great American IV) longent la ZEA (Zone d'Exclusion Antarctique) telle des chenilles processionnaires en cherchant à glisser sous un anticyclone qui leur apporte certes beau temps, mais bien peu de vent…

Ce qui ne sera pas le cas pour le duo suivant : Didac Costa (One Planet-One Ocean) et Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys), dès lundi midi, seront rattrapés par une belle dépression générant un flux puissant de Nord dans lequel évolue actuellement le Hollandais Pieter Heerema (No Way Back).

Quant à Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean), la traversée de la mer de Tasman s'annonce bien, avec une brise modérée d'Ouest sur un océan apaisé.

Vendée Globe - les deux leaders englués dans le pot au noir !

Partager cet article

Commenter cet article