ActuNautique.com

La France dit non à un contrôle majoritaire de Fincantieri dans STX France

Le gouvernement français est prêt à bloquer le projet de rachat de STX France par le groupe italien Fincantieri, si ce dernier s'obstine à exiger de reprendre à lui seul la majorité du capital.

La France dit non à un contrôle majoritaire de Fincantieri dans STX France

Ce matin, à l'occasion d'une conférence de presse concernant le sauvetage de l'usine Alstom de Belfort, Christophe Sirugue,  secrétaire d’État à l’Industrie, a confirmé que les discussions se poursuivaient avec Fincantieri, tout en étant très ferme sur la position de la France sur ce dossier.

Il a notamment déclaré que le gouvernement ne souhaitait pas que Fincantieri soit majoritaire seul au capital de STX France, tout en excluant une nationalisation.

En parallèle, il a tenu à souligner que cette reprise ne devait pas être le prémisse à une délocalisation rampante, indiquant qu'il n'était pas question de reculer sur les conditions émises, à savoir le maintien du carnet de commandes et des emplois y compris avec les sous-traitants de rang 1 et 2, l'absence de transfert technologique et le respect du droit à la propriété.

STX France est contrôlé à hauteur de 33% par l'Etat Français, le solde de son capital étant dans les mains du groupe coréen STX Offshore & Shipbuilding.

En faillite, le coréen a été obligé par la justice de son pays, à mettre en vente sa seule activité rentable, la pépite STX France, leader mondial de la construction de paquebots de luxe, riche d'un carnet de commandes de près de 10 ans !

Une seule entreprise a postulé à cette reprise, l'italien Fincantieri, société parapublique italienne, spécialisée dans la construction de navire militaires, de paquebots et de yachts, à une moindre échelle.

Dans le cadre de cette reprise, la France souhaite, une fois la vente conclue, faire rentrer DCNS, grand rival mais aussi partenaire - au travers du marché des Fremm par exemple - au capital de STX France, afin de garantir à terme que ce rachat ne conduira pas à un transfert des activités et brevets de STX France vers l'Italie ou la Chine, pays ou l'italien a déjà délocalisé une partie de sa production.

La négociation est tendue, et les dirigeants italiens ont exprimé leur fort mécontentement dans la presse fustigeant l'attitude de la France. 

Partager cet article

Commenter cet article