ActuNautique.com

Les voiliers de la Volvo Ocean Race à l'honneur aux Voiles de Saint-Barth 2017

Parmi les 57 voiliers inscrits à l'édition 2017 des Voiles de Saint Barth, 8 seront des VOR60 et VOR70, à savoir des voiliers imaginés et conçus pour participer à la mythique Volvo Ocean Race !

Les voiliers de la Volvo Ocean Race à l'honneur aux Voiles de Saint-Barth 2017
Les voiliers de la Volvo Ocean Race à l'honneur aux Voiles de Saint-Barth 2017

Alors que le coup d'envoi de la 8e édition des Voiles de Saint-Barth sera maintenant donné dans un mois et demi, pas moins de 57 bateaux sont d'ores et déjà fermement inscrits à l'événement.

Parmi eux, une flotte impressionnante et peu commune de bateaux de la Volvo Ocean Race, les VOR 60 et les VOR 70. De quoi promettre d'incroyables empoignades, mais surtout des « courses dans la course » de très haut niveau.

Pour ce cru 2017 des Voiles de Saint-Barth pas moins de 57 bateaux sont donc déjà inscrits à la date d'aujourd'hui, parmi lesquels huit bateaux conçus pour la Volvo Ocean Race (anciennement Whitbread Round the World, cette célèbre course à la voile autour du monde par étape en équipage) : quatre VOR 60 (bateaux utilisés pour la course entre 1993 et 2002) et autant de VOR 70 (unités produites de 2005 à 2012).

Chez les 60 pieds, l'on retrouvera ainsi l'équipage Lituanien d'Ambersail (ex Assa Abloy 1 dessiné par Bruce Farr et mis à l'eau en 2001). Déjà présents aux Voiles en 2015 et 2016, Przemyslaw Tarnacki et ses hommes reviennent, en effet, pour la troisième fois consécutive sur l'évènement, avec l'ambition de faire mieux que 6e et 5e, leurs précédents résultats dans la classe des Maxi 2. Reste qu'à coup sûr, la petite bande du Britannique Chris Stanmore-Major sur Challenger, leur donneront du fil à retordre. Ce VOR 60 construit pour l'édition 1997 de la Whitbread qui n'a finalement pas effectué de circumnavigation faute de financement suffisant à l'époque, et qui s'est, par conséquent, retrouvé enfermé durant de longues années dans un hangar avec seulement quelques rares tickets de sorties pour la Newport – Ensanada Race ou la Transpac, a entièrement été « re-fité » en début de saison dernière et est aujourd'hui tout à fait compétitif.

Idem pour Esprit de Corps IV de Gilles Bardot, mais aussi Esprit de Corps II de Georges Leblanc, ce plan Farr datant de 1996 ayant notamment bouclé la Whitbread 1997-1998 en troisième position sous les couleurs de Swedish Match avant de remporter la fameuse Sydney – Hobart 1999 sous le nom de Nokia puis d'être rebaptisé Esprit de Corps II il y a deux ans. Voilà donc qui promet !

De la bagarre à tous les étages

Avec les 70 pieds également on s'attend à assister à de formidables « courses dans la course », du 10 au 15 avril prochain. Parmi les poids lourds présents à Gustavia, on peut commencer par citer SFS II. Ce dernier, qui n'est autre que l'ex Puma de Ken Read lors de la Volvo Ocean Race 2011-2012 et le sistership de Groupama 4, le bateau vainqueur de cette édition, affiche un formidable ratio poids – puissance. Mieux, il peut compter sur toute l'expérience de Lionel Péan pour être poussé à son maximum, même si la concurrence s'annonce rude. « Nous allons nous retrouver à quatre VOR 70, c'est-à-dire à quatre bateaux avec les mêmes problématiques. Cela sera forcément très stimulant, surtout qu'avec les histoires de rating, les VOR sont plutôt défavorisés par rapport aux Maxi qui courent dans la même classe. Outre le fait de bien figurer au général, terminer premier VOR 70 sera évidemment un challenge pour nous au sein de la flotte des Voiles de Saint-Barth. Nous savons que les régates seront relevées car nous sommes tous très proches en termes de performances », indique le skipper sur ActuNautique, qui affiche un palmarès éloquent avec, entre autres, une victoire dans la Solitaire du Figaro en 1983, une première place dans la Whitbread sur l'Esprit d'Equipe en 1986 mais aussi un titre de champion du Monde de 12m JI en 2001.

Warrior, l'ex Camper – Team New-Zealand dessiné par Marcelino Botin et deuxième de la Volvo Ocean Race 2011-2012 avec Chris Nicholson, récemment acquis par un Américain, sera indiscutablement un adversaire de taille d'autant que s'il est peu connu en Europe, Stephen Murray, son skipper, est un grand habitué des podiums des plus grandes régates aux Etats-Unis. Parmi ses principaux faits d'armes ces dernières années, on peut notamment retenir sa victoire dans la New-York Yacht Club Race Week en TP 52, sa première place dans la Rolex Annapolis Newport Race en C40 mki ou encore celle décrochée dans la Quantum Key West en HPR Carkeek 40.

Des voiliers très proches en termes de performances

Pareil pour ce qui concerne Trifork / L4. Cette machine, l'ex-Ericsson 4 construite en 2008, année lors de laquelle elle a également établi le record des 24 heures en équipage et en monocoque avec 596,6 milles avalés (un record qui n'a été battu que six ans plus tard, en 2015, par Comanche avec 618,01 milles) en a sous le capot. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si elle a remporté la Volvo en 2009, avec le Brésilien Torben Grael.

Assurément, à Saint-Barth, elle sera de nouveau une cliente. « Ce bateau est parfaitement armé et équipé. Il nous a d'ailleurs battus il y a deux ans, à Palma. Son skipper n'est autre que le Danois Jens Dolmer, qui compte, à son actif, une campagne de la Coupe America, une victoire dans les championnats Mondiaux de Maxi mais aussi deux Volvo Ocean Race, la première sur Ericsson 4 en 2008-2009 et la seconde sur Team Brunel lors de la dernière édition. Il sera véritablement dans le match », ajoute Péan qui possède lui, l'atout de déjà connaître les Voiles de Saint-Barth pour y avoir pris part l'an passé sous les couleurs de SFS, mais à bord de l'ex Green Dragon. « A mon sens, Warrior, Trifork / L4 et nous allons vraiment nous bagarrer fort », commente le méditerranéen qui voit Monster Project mené par Roman Guerra sans doute un cran en dessous. De fait, anciennement nommé Kostaka, ce bateau russe qui a participé à l'édition 2008-2009 de la VOR, n'est peut-être pas aussi efficace que ses concurrents, même si, depuis son rachat en janvier 2013 par Andrew Budgen et Fred Schywn de « Project 1 Racing Team », il a été équipé d'une nouvelle garde-robe puis largement revu et optimisé. Les paris sont donc lancés !

Partager cet article

Commenter cet article