ActuNautique.com

Touché coulé pour les sous-marins Scorpène de DCNS en Norvège

La Norvège va confier à l'Allemand TKMS la construction de ses 4 nouveaux sous-marins, au détriment du Français DCNS qui concourrait à l'appel d'offres avec ses Scorpène.

Touché coulé pour les sous-marins Scorpène de DCNS en Norvège

C'est vendredi qu'Oslo a fait connaître se décision d'entrer en négociations exclusives avec TKMS (ThyssenKrupp Marine Systems), dans le cadre d'une commande conjointe avec l'Allemangne, Berlin profitant de l'occasion pour commander 2 sous-marins, afin de moderniser une flotte à bout de souffle.

La signature définitive de ce contrat ne devrait pas intervenir avant 2019, qui constitue une victoire pour TKMS, évincé par DCNS du méga-contrat australien de 34 milliards de dollars portant sur 12 sous-marins d'attaque.

A l'annonce de choix effectué par le gouvernement norvégien, la direction de DCNS a fait savoir qu'elle respectait le choix effectué par la Norvège, mais se tenait toutefois à sa disposition, dans l'hypothèse où la coopération envisagée avec le gouvernement allemand n'aboutirait pas.

Membre de l'Otan, la Norvège partage une frontière avec la Russie et s'inquiète de l'"imprévisibilité" de son voisin. Elle conduit donc un intense effort budgétaire (18 milliards d'euros supplémentaires sur 20 ans), portant sur l'acquisition de 52 avions de chasse (des F35 en remplacement de ses vieux F16), de 5 avions de reconnaissance maritime (P8 Poseidon) et de 4 sous-marins.

Afin de faire baisser les coûts de ce marché, et rendre l'offre de TKMS accessible, l'Allemagne s'est jointe au marché norvégien, et commandera 2 nouveaux sous-marins du même type que les norvégiens, à savoir de nouveaux modèles élaborés à partir du TKMS U212 bien connu, déjà en service en Allemagne et en Italie.

Il est à noter que les 4 nouveaux sous-marins norvégiens remplaceront 6 unités (TKMS U210 type Ula) actuellement en service, déjà construites en Allemagne, et livrées entre 1989 et 1992.

Décryptage - pour remporter l'appel d'offres, TKMS a clairement poussé le gouvernement norvégien à changer les règles du jeu en cours de partie, en proposant une commande groupée au gouvernement allemand, changement impossible à suivre pour DCNS, la France n'ayant aucun sous-marin conventionnel dans sa flotte ! Chez DCNS, la déception est de mise, la Norvège ayant toujours été considérée comme un pays fiable en la matière... Autre point qui a joué en faveur des Allemands, le choix par Berlin des missiles norvégiens NSM (Naval Strike Missile) de chez Kongsberg pour ses frégates. Les futurs U212 norvégiens devraient d'ailleurs opter pour un système d'armes Kongsberg, quand DCNS proposait MBDA...  

Partager cet article

Commenter cet article