ActuNautique.com

Après l'ère Royal, La filière nautique en attente de concertation de la part du nouveau gouvernement

Réunie en conseil d’administration, la CNP (Confédération du Nautisme et de la Plaisance) a réaffirmé sa volonté de participer à une dynamique en faveur de la croissance bleue aux côtés du nouveau gouvernement.

Après l'ère Royal, La filière nautique en attente de concertation de la part du nouveau gouvernement

Dans un communiqué de presse diffusé par la CNP, la communauté nautique française a salué l’arrivée à Matignon, d'Edouard Philippe qui a, "par le passé exprimé son attachement à la maritimisation des esprits".

L'organisation professionnelle précise connaître de nouveaux ministres, notamment Nicolas Hulot et Bruno Lemaire, et souligne "leur profond attachement à la pratique nautique, et y voit le signe manifeste d’un renouveau au profit d’une politique équilibrée de développement durable".

La page Royal se referme... enfin !

Pour la CNP, "c’est aussi une page qui se tourne et c’est heureux. Le bilan des trois dernières années de la ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et de la Mer (Ségolène Royal - ndlr) a été marqué par l’absence de concertation avec les parties prenantes d’une filière qui génère plus de 50 000 emplois et qui exporte sa production locale à 75%".

Et parmi les exemples les plus emblématiques, la CNP de citer des mesures abandonnées grâce à la mobilisation du secteur, comme le projet de taxe mouillage ou la mise en place d’une filière de déconstruction sans étude d’impact réelle et sérieuse, la non consultation des acteurs nautiques sur la stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML), ou bien encore la création dans la précipitation du parc marin de Martinique malgré un avis défavorable émis à l’issue de la procédure d’enquête publique.

Autant de projets qui ont finalement entraîné un certain immobilisme !

Malgré les demandes du secteur sur de nombreux dossiers, les résultats concrets ne sont pas au rendez-vous.

La Confédération du Nautisme et de la Plaisance souhaite désormais "que les échanges des prochaines semaines permettent la mise en place d’un dispositif à l’échelle de l’ambition maritime de la France et configure le cadre interministériel de concertation et de décision entre l’Etat et la filière nautique annoncé par le Président de la République le 8 novembre dernier".

Le message est on ne peut plus clair...

Partager cet article

Commenter cet article